Les deux bombes magnétiques posées sur les véhicules d'un général de brigade et d'un colonel ont explosé à quelques minutes d'intervalle vers 07H30 dans un même quartier de Souleimaniyeh, la deuxième ville du Kurdistan irakien. Un enquête est en cours sur cette attaque qui a blessé les deux officiers, a rapporté Hassan Nouri, le chef des asayesh, les services de sécurité kurdes dans la province de Souleimaniyeh. Au nord de Bagdad, une famille de six personnes, dont deux enfants, a été retrouvé morte dans sa maison d'Al-Nibaie. Neuf autres personnes ont été tuées dans des violences à Abou Ghraib, Mossoul, et Touz Khourmatou. L'Irak est endeuillé quotidiennement par des violences qui ont déjà fait 6.000 morts depuis le début de l'année, dont près de 950 en novembre. La multiplication de ces attaques particulièrement sanglantes fait craindre un retour au niveau de violences de 2006-2007 lorsqu'un conflit dévastateur entre chiites et sunnites a fait des dizaines de milliers de morts. Elles ont poussé les autorités irakiennes, qui semblent impuissantes face à l'effusion de sang, à demander notamment l'aide des Etats-Unis pour y mettre un terme. (Belga)

Les deux bombes magnétiques posées sur les véhicules d'un général de brigade et d'un colonel ont explosé à quelques minutes d'intervalle vers 07H30 dans un même quartier de Souleimaniyeh, la deuxième ville du Kurdistan irakien. Un enquête est en cours sur cette attaque qui a blessé les deux officiers, a rapporté Hassan Nouri, le chef des asayesh, les services de sécurité kurdes dans la province de Souleimaniyeh. Au nord de Bagdad, une famille de six personnes, dont deux enfants, a été retrouvé morte dans sa maison d'Al-Nibaie. Neuf autres personnes ont été tuées dans des violences à Abou Ghraib, Mossoul, et Touz Khourmatou. L'Irak est endeuillé quotidiennement par des violences qui ont déjà fait 6.000 morts depuis le début de l'année, dont près de 950 en novembre. La multiplication de ces attaques particulièrement sanglantes fait craindre un retour au niveau de violences de 2006-2007 lorsqu'un conflit dévastateur entre chiites et sunnites a fait des dizaines de milliers de morts. Elles ont poussé les autorités irakiennes, qui semblent impuissantes face à l'effusion de sang, à demander notamment l'aide des Etats-Unis pour y mettre un terme. (Belga)