La campagne d'affichage, qui s'adresse tant au grand public qu'aux politiques, veut démontrer que les transports en commun peuvent être une solution à l'engorgement des villes, tout en stimulant une croissance durable. En Belgique, par exemple, le coût des embouteillages dans la capitale a été évalué par la chambre de commerce bruxelloise à 511 millions d'euros par an. Pour Alain Flausch, "il est temps d'investir davantage dans les transports en commun et que les gouvernements mettent sur pieds une politique cohérente intégrant plusieurs modes de transports durables" comme alternative aux voitures devenues surnuméraires dans les grandes villes. A l'horizon 2025, l'UITP souhaite doubler la part de marché mondiale des transports en commun. Ce faisant, "on pourrait créer 7 millions d'emplois "verts" supplémentaires à travers le monde, alors que si aucune action n'est entreprise, les grands villes, de plus en plus engorgées et polluées, perdront un bon nombre d'opportunités économiques". La campagne est visible dans près de 60.000 arrêts de métros, trams et bus dans les villes et régions participantes à travers le monde. Les affiches devraient ainsi être vues par quelque 200 millions de personnes. (Belga)

La campagne d'affichage, qui s'adresse tant au grand public qu'aux politiques, veut démontrer que les transports en commun peuvent être une solution à l'engorgement des villes, tout en stimulant une croissance durable. En Belgique, par exemple, le coût des embouteillages dans la capitale a été évalué par la chambre de commerce bruxelloise à 511 millions d'euros par an. Pour Alain Flausch, "il est temps d'investir davantage dans les transports en commun et que les gouvernements mettent sur pieds une politique cohérente intégrant plusieurs modes de transports durables" comme alternative aux voitures devenues surnuméraires dans les grandes villes. A l'horizon 2025, l'UITP souhaite doubler la part de marché mondiale des transports en commun. Ce faisant, "on pourrait créer 7 millions d'emplois "verts" supplémentaires à travers le monde, alors que si aucune action n'est entreprise, les grands villes, de plus en plus engorgées et polluées, perdront un bon nombre d'opportunités économiques". La campagne est visible dans près de 60.000 arrêts de métros, trams et bus dans les villes et régions participantes à travers le monde. Les affiches devraient ainsi être vues par quelque 200 millions de personnes. (Belga)