"Le ministère de la Défense exprime sa profonde inquiétude et sa déception après la décision du gouvernement Moon de refuser de maintenir l'accord" de partage avec le Japon, a déclaré un porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Dave Eastburn.

"Nous sommes fermement convaincus que l'intégrité de notre défense mutuelle et de nos liens de sécurité doit être maintenue, malgré les frictions dans d'autres secteurs des relations entre la Corée du Sud et le Japon", a ajouté le porte-parole.

"Nous maintiendrons une coopération de défense bilatérale et trilatérale avec le Japon et la Corée du Sud, lorsque cela sera possible", a-t-il conclu.

Séoul a déclaré jeudi qu'il n'était "pas dans l'intérêt national de maintenir l'accord qui a été signé avec l'objectif d'échanger des renseignements militaires sensibles".

Les relations entre Tokyo et Séoul sont plombées depuis des décennies par des contentieux hérités de l'époque où la péninsule était une colonie nippone (1910-1945).

Et ce conflit latent est un casse-tête pour Washington, qui compte sur la coopération entre le Japon et la Corée du Sud pour appuyer sa politique dans une région particulièrement tendue du fait de la menace nucléaire nord-coréenne et de la montée en puissance de la Chine.