L'enquête a permis de voir plus clair sur le nombre de touristes présents sur White Island au moment de l'éruption lundi.

"Quarante-sept personnes étaient sur l'île. Nous pouvons maintenant confirmer que cinq personnes sont décédées, 31 sont actuellement à l'hôpital, huit autres sont toujours portées disparues et trois sont sorties de l'hôpital", a déclaré un gradé de la police, Bruce Bird.

Selon lui, un hélicoptère a ratissé l'île où se trouve le volcan pendant 45 minutes pour essayer de trouver des survivants. "Nous ne pensons pas que quelqu'un d'autre ait survécu à l'éruption" soudaine du volcan lundi en début d'après-midi, a-t-il déclaré.

Parmi les disparus figurent des touristes d'Australie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de Chine et de Malaysie, ainsi que des Néo-Zélandais qui les guidaient.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a présenté ses condoléances au nom de son pays. "A ceux qui ont perdu de la famille ou des amis ou sont sans nouvelles d'eux, nous partageons votre douleur insondable et votre tristesse", a-t-elle dit. "Nous pleurons avec vous".

La police évaluera au courant de la journée de mardi si une mission pour évacuer les corps de l'île est possible, malgré le risque d'autres éruptions.

"Aujourd'hui (mardi), nous allons nous concentrer sur notre travail avec des experts pour déterminer s'il est sûr pour nous de retourner sur l'île pour tenter de retrouver les personnes qui sont actuellement portées disparues", a déclaré M. Bird.

"Nous n'irons sur l'île que si les conditions de sécurité sont correctes pour nous", a-t-il ajouté.

L'enquête a permis de voir plus clair sur le nombre de touristes présents sur White Island au moment de l'éruption lundi. "Quarante-sept personnes étaient sur l'île. Nous pouvons maintenant confirmer que cinq personnes sont décédées, 31 sont actuellement à l'hôpital, huit autres sont toujours portées disparues et trois sont sorties de l'hôpital", a déclaré un gradé de la police, Bruce Bird.Selon lui, un hélicoptère a ratissé l'île où se trouve le volcan pendant 45 minutes pour essayer de trouver des survivants. "Nous ne pensons pas que quelqu'un d'autre ait survécu à l'éruption" soudaine du volcan lundi en début d'après-midi, a-t-il déclaré.Parmi les disparus figurent des touristes d'Australie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de Chine et de Malaysie, ainsi que des Néo-Zélandais qui les guidaient.La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a présenté ses condoléances au nom de son pays. "A ceux qui ont perdu de la famille ou des amis ou sont sans nouvelles d'eux, nous partageons votre douleur insondable et votre tristesse", a-t-elle dit. "Nous pleurons avec vous".La police évaluera au courant de la journée de mardi si une mission pour évacuer les corps de l'île est possible, malgré le risque d'autres éruptions."Aujourd'hui (mardi), nous allons nous concentrer sur notre travail avec des experts pour déterminer s'il est sûr pour nous de retourner sur l'île pour tenter de retrouver les personnes qui sont actuellement portées disparues", a déclaré M. Bird."Nous n'irons sur l'île que si les conditions de sécurité sont correctes pour nous", a-t-il ajouté.