"Cela doit conduire les magistrats à avoir une approche différente, dossier par dossier, compte tenu des pratiques de dissimulation très poussées des djihadistes", souligne M. Valls, qui se refuse néanmoins à tomber "dans la facilité de rendre ces juges responsables de cet acte de terrorisme".

Valls "favorable" à une interdiction temporaire du financement étranger des mosquées

Le Premier ministre français s'est également dit "favorable" à une interdiction du financement étranger des mosquées, souhaitant en outre "inventer une nouvelle relation" avec l'islam de France, après la série d'attentats djihadistes qui ont ébranlé le pays.

"Il faut une remise à plat et inventer une nouvelle relation avec l'islam de France", déclare le Premier ministre dans un entretien au journal Le Monde. Il se dit "favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l'étranger pour la construction des mosquées" et souhaite "que les imams soient formés en France et pas ailleurs".

"Cela doit conduire les magistrats à avoir une approche différente, dossier par dossier, compte tenu des pratiques de dissimulation très poussées des djihadistes", souligne M. Valls, qui se refuse néanmoins à tomber "dans la facilité de rendre ces juges responsables de cet acte de terrorisme".Le Premier ministre français s'est également dit "favorable" à une interdiction du financement étranger des mosquées, souhaitant en outre "inventer une nouvelle relation" avec l'islam de France, après la série d'attentats djihadistes qui ont ébranlé le pays."Il faut une remise à plat et inventer une nouvelle relation avec l'islam de France", déclare le Premier ministre dans un entretien au journal Le Monde. Il se dit "favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l'étranger pour la construction des mosquées" et souhaite "que les imams soient formés en France et pas ailleurs".