"Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis", a déclaré Bobby Jindal, 44 ans, sur Twitter à quelques heures d'un discours près de La Nouvelle Orléans. Le candidat a au même instant publié sur son site et Facebook plusieurs vidéos où on le voit discuter de sa candidature avec sa femme et ses trois enfants, promettant à sa fille: "si nous emménageons à la Maison Blanche, tu pourras avoir un petit chien".

Fils d'immigrés indiens, converti au catholicisme, Bobby Jindal dirige l'Etat conservateur de Louisiane, dans le sud, depuis 2008. Il fut le premier Américain d'origine indienne à être élu gouverneur d'un Etat américain.

Jeune diplômé d'Oxford, il fut consultant dans le grand cabinet de conseil McKinsey avant de revenir dans sa Louisiane natale pour se lancer dans une carrière publique puis politique, avec jusqu'ici un grand succès.

Mais sa popularité nationale est à ce stade quasi-nulle. Dans un sondage Wall Street Journal/NBC News réalisé mi-juin, les intentions de vote pour Bobby Jindal sont mêmes nulles.

La course des primaires est pour l'instant menée par Jeb Bush, premier choix de 22% des personnes interrogées, suivi du gouverneur du Wisconsin Scott Walker (non encore déclaré) et du sénateur de Floride Marco Rubio, selon le même sondage.

L'abondance de candidats a forcé la chaîne Fox News à limiter à 10 le nombre de candidats invités au premier débat télévisé des primaires, le 6 août. Les autres se contenteront d'un "forum" télévisé dans l'après-midi.

L'objectif des "petits" candidats est donc de se hisser dans les dix premières places, calculées par la moyenne des sondages reconnus par Fox News.

"Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis", a déclaré Bobby Jindal, 44 ans, sur Twitter à quelques heures d'un discours près de La Nouvelle Orléans. Le candidat a au même instant publié sur son site et Facebook plusieurs vidéos où on le voit discuter de sa candidature avec sa femme et ses trois enfants, promettant à sa fille: "si nous emménageons à la Maison Blanche, tu pourras avoir un petit chien".Fils d'immigrés indiens, converti au catholicisme, Bobby Jindal dirige l'Etat conservateur de Louisiane, dans le sud, depuis 2008. Il fut le premier Américain d'origine indienne à être élu gouverneur d'un Etat américain.Jeune diplômé d'Oxford, il fut consultant dans le grand cabinet de conseil McKinsey avant de revenir dans sa Louisiane natale pour se lancer dans une carrière publique puis politique, avec jusqu'ici un grand succès. Mais sa popularité nationale est à ce stade quasi-nulle. Dans un sondage Wall Street Journal/NBC News réalisé mi-juin, les intentions de vote pour Bobby Jindal sont mêmes nulles. La course des primaires est pour l'instant menée par Jeb Bush, premier choix de 22% des personnes interrogées, suivi du gouverneur du Wisconsin Scott Walker (non encore déclaré) et du sénateur de Floride Marco Rubio, selon le même sondage. L'abondance de candidats a forcé la chaîne Fox News à limiter à 10 le nombre de candidats invités au premier débat télévisé des primaires, le 6 août. Les autres se contenteront d'un "forum" télévisé dans l'après-midi. L'objectif des "petits" candidats est donc de se hisser dans les dix premières places, calculées par la moyenne des sondages reconnus par Fox News.