"Nous sommes extrêmement inquiets par cette annonce", a déclaré dimanche une porte-parole de la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

"Nous appelons l'Iran à ne pas prendre de nouvelles mesures menaçant l'accord nucléaire", a-t-elle ajouté, précisant que l'UE était en contact avec les autres signataires de l'accord.

Téhéran a effectivement aussi menacé dimanche de s'affranchir d'autres obligations en matière nucléaire dans "60 jours" à moins qu'une "solution" ne soit trouvée avec ses partenaires au sein de l'accord pour répondre à ses demandes.

Celles-ci ont trait essentiellement à la possibilité pour l'Iran de continuer de vendre son pétrole et à commercer avec l'extérieur en contournant les sanctions réimposées contre la Républiques islamique par Washington après la décision prise par Donald Trump de sortir unilatéralement les Etats-Unis de l'accord de Vienne en mai 2018.