La nouvelle revue électronique de Daech, publiée sur Internet mi-octobre, se présente en 16 pages, avec un contenu visuel riche. Pour le Professeur Abdessamad Belhaj, docteur en islamologie et en sciences politiques à l'Université catholique de Louvain (UCL), le titre de la publication est évocateur ("al-Waqâr", qu'on peut traduire par dignité) : il signifierait qu'il "faut accepter la défaite dans la dignité". Certains observateurs misent en effet sur l'affaiblissement de Daech en Irak pour annoncer la fin de l'organisation, mais cette revue sème le doute. A travers ce document, l'organisation admet en quelque sorte les revers qu'elle est en train de subir, mais compte s'en servir pour préparer son futur.

© Capture d'écran

Le Pr. Belhaj apporte un éclairage de la stratégie de Daech à travers une analyse (*) de cette publication. "Dans cette revue, on prépare la phase nouvelle : des loups solitaires ou des cellules autonomes, et aux logistiques limitées, mais prêts à venger l'Etat du califat islamique. Le ton est moins conquérant, plus spirituel que les périodiques électroniques précédents et surtout préoccupé de donner sens à la défaite armée et à préparer l'avenir", écrit-il dans son texte intitulé "Daech pense à l'après-défaite".

Dans son analyse des différents articles de la revue, il relève la présence fréquente des mots "allégeance" et "constance". Ces deux termes représentent un appel pour les sympathisants de l'EI : "l'appel à l'allégeance s'explique par le temps de crise que traverse Daech, et l'allégeance est un contrat sacré avec le calife, qu'il est urgent de rappeler et remettre à jour. Quant à la constance, c'est un rappel d'une qualité des prophètes et des premiers conquérants musulmans, et un appel à continuer le combat", explique le Pr. Belhaj.

L'objectif de l'EI à long terme serait dès lors d'inscrire son histoire dans un djihad de longue durée, en incluant de futures générations. Il faut considérer Daech à un tournant de son histoire, sans toutefois croire naïvement que sa défaite militaire entraînera forcément sa disparition. "L'objectif futur est clairement de frapper l'Occident, l'Europe, en représailles aux défaites récentes de l'organisation, mais dans la perspective d'une guerre universelle des religions/cultures entre Islam et Occident", conclut le Professeur.

(*) L'analyse complète sera publiée sur le site de CISMOC-CISMODOC ce jeudi 22 décembre.