Le conseil des ministres a approuvé, au début de l'année, l'achat d'un logiciel capable de détecter automatiquement les sites web diffusant de la propagande haineuse. Le gouvernement décidera après l'été quelle institution hébergera le logiciel, l'objectif étant que la police, la Sûreté de l'État et le service de renseignement militaire puissent l'employer dès la fin de l'année ou le début de l'année prochaine. Le coût de la mise à disposition du logiciel et de son utilisation s'élève à 6,8 millions d'euros.

Le conseil des ministres a approuvé, au début de l'année, l'achat d'un logiciel capable de détecter automatiquement les sites web diffusant de la propagande haineuse. Le gouvernement décidera après l'été quelle institution hébergera le logiciel, l'objectif étant que la police, la Sûreté de l'État et le service de renseignement militaire puissent l'employer dès la fin de l'année ou le début de l'année prochaine. Le coût de la mise à disposition du logiciel et de son utilisation s'élève à 6,8 millions d'euros.