"Même si je ne connaissais pas Lukasz, les circonstances de sa mort m'ont choqué et écoeuré, et je ne peux imaginer ce que sa famille doit ressentir en ce moment. Alors, en tant que routier moi-même, j'ai décidé d'en appeler à la communauté des camionneurs et au-delà pour contribuer modestement", écrit David Duncan sur la plateforme de financement participatif Gofundme.

"Un des collègues de Lukasz Urban a dit qu'il était tellement dévoué à son travail qu'il a probablement défendu le camion jusqu'à la fin", ajoute ce Britannique, qui s'est fixé comme objectif de récolter 50.000 livres.

Jeudi après-midi, il avait déjà levé plus de 47.000 livres (55.000 euros).

Lukasz Urban, 37 ans, a été retrouvé mort dans la cabine du camion utilisé lundi dans l'attentat contre un marché de Noël de Berlin. Il était marié et avait un fils de 17 ans.

Son corps portait des traces de coups, selon Ariel Zurawski, le patron de sa société de transports installé près de Gryfino, dans le nord-ouest de la Pologne.

Une chasse à l'homme à l'échelle européenne était toujours en cours jeudi contre le Tunisien Anis Amri, un demandeur d'asile de 24 ans soupçonné d'être l'auteur de l'attentat au camion-bélier, revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).

"Même si je ne connaissais pas Lukasz, les circonstances de sa mort m'ont choqué et écoeuré, et je ne peux imaginer ce que sa famille doit ressentir en ce moment. Alors, en tant que routier moi-même, j'ai décidé d'en appeler à la communauté des camionneurs et au-delà pour contribuer modestement", écrit David Duncan sur la plateforme de financement participatif Gofundme."Un des collègues de Lukasz Urban a dit qu'il était tellement dévoué à son travail qu'il a probablement défendu le camion jusqu'à la fin", ajoute ce Britannique, qui s'est fixé comme objectif de récolter 50.000 livres.Jeudi après-midi, il avait déjà levé plus de 47.000 livres (55.000 euros).Lukasz Urban, 37 ans, a été retrouvé mort dans la cabine du camion utilisé lundi dans l'attentat contre un marché de Noël de Berlin. Il était marié et avait un fils de 17 ans. Son corps portait des traces de coups, selon Ariel Zurawski, le patron de sa société de transports installé près de Gryfino, dans le nord-ouest de la Pologne.Une chasse à l'homme à l'échelle européenne était toujours en cours jeudi contre le Tunisien Anis Amri, un demandeur d'asile de 24 ans soupçonné d'être l'auteur de l'attentat au camion-bélier, revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).