Le vol ET302 reliant Addis-Abeba à Nairobi s'était écrasé le 10 mars quelques minutes après le décollage de la capitale éthiopienne, causant la mort de 157 personnes.

Quelques mois plus tôt, fin octobre, 189 personnes avaient trouvé la mort quand un 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Lion Air s'était abîmé en mer en mer de Java.

S'appuyant sur l'analyse des boîtes noires de l'appareil, la ministre éthiopienne des Transports a évoqué des "similarités claires" dans les deux accidents.

Les premiers éléments de l'enquête sur Lion Air ont mis en cause un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, dit "MCAS".

Le vol ET302 reliant Addis-Abeba à Nairobi s'était écrasé le 10 mars quelques minutes après le décollage de la capitale éthiopienne, causant la mort de 157 personnes. Quelques mois plus tôt, fin octobre, 189 personnes avaient trouvé la mort quand un 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Lion Air s'était abîmé en mer en mer de Java. S'appuyant sur l'analyse des boîtes noires de l'appareil, la ministre éthiopienne des Transports a évoqué des "similarités claires" dans les deux accidents. Les premiers éléments de l'enquête sur Lion Air ont mis en cause un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, dit "MCAS".