"Tous les patients ont été placés en quarantaine", a annoncé la Commission municipale de l'hygiène et de la santé de Wuhan (centre), où l'épidémie est apparue il y a quelques jours. Le dernier bilan officiel fait état de 59 personnes contaminées, chez qui la maladie s'est déclarée entre le 12 et le 29 décembre, dont sept gravement atteintes, les autres étant dans un état stable. "Aucun patient n'est mort pour l'instant", a précisé la commission. Les symptômes du mystérieux virus comprennent des fièvres, des problèmes respiratoires et des lésions invasives aux deux poumons, comme le montrent les radiographies précise The Guardian.

L'enquête des autorités sanitaires a permis de déterminer que plusieurs patients sont des vendeurs d'un marché de Wuhan spécialisé dans la vente en gros de fruits de mer et de poissons. Plusieurs boutiques du marché vendaient également des animaux sauvages, notamment des oiseaux, des serpents, des cerfs et des marmottes, selon les médias chinois. Il pourrait donc s'agir d'une transmission de l'animal à l'homme. "Le lien signalé avec un marché de gros de poissons et d'animaux vivants pourrait dénoter un lien avec l'exposition à des animaux", a réagi dimanche l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué.

Wuhan © Reuters

Wuhan, la capitale de la province du Hubei, est un grand centre urbain avec une population de plus de 10 millions d'habitants. Les autorités locales ont identifié 120 contacts étroits qui sont maintenant sous observation médicale, selon l'OMS. Les autorités de Wuhan ont déclaré qu'elles prenaient également des mesures supplémentaires en matière d'hygiène et d'assainissement et qu'elles enquêtaient sur la cause du virus.

"En ce qui concerne l'agent pathogène (...) incriminé, nous avons exclu plusieurs hypothèses, notamment le fait qu'il s'agisse d'une grippe, d'une grippe aviaire, d'un adénovirus, du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ou du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS)", a encore précisé la commission.

La survenue de cette épidémie a ravivé ces derniers jours chez beaucoup d'habitants de Wuhan la crainte qu'il ne s'agisse du SRAS, qui a durement frappé les Chinois en 2003. Cette maladie respiratoire hautement contagieuse avait à l'époque gagné de nombreux pays (37 au total). La pandémie avait fait près de 800 morts, en majorité sur le territoire chinois, en 2002 et 2003, une épidémie aggravée par une dissimulation du gouvernement.

La Commission municipale de l'hygiène et de la santé de Wuhan a précisé qu'une enquête était toujours en cours pour trouver l'origine de la maladie, soulignant qu'aucune transmission de l'homme à l'homme n'avait pour l'heure été constatée. La municipalité a pris plusieurs mesures, ordonnant en particulier la fermeture du marché concerné, où des opérations de désinfection et des analyses ont été effectuées.

"Les symptômes signalés chez les patients sont communs à plusieurs maladies respiratoires et la pneumonie est fréquente en période hivernale", relève-t-elle, mais la concentration des cas incite à la "prudence". L'OMS se prononce toutefois pour l'instant contre toute restriction en matière de voyages ou de commerce visant la Chine.

Le Nouvel An lunaire, la plus grande migration au monde

Mardi, la directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré que les responsables de la santé avaient " renforcé les mesures à toutes les frontières ". Tous les voyageurs arrivant en train de Wuhan sont ainsi soumis à un contrôle de la température corporelle de peur que la maladie ne se propage avec la grande transhumance qui a lieu chaque année pour le Nouvel An chinois. La date du Nouvel An chinois varie d'une année sur l'autre et en 2020, le Nouvel An chinois débutera le 25 janvier. Traditionnellement, la célébration dure 16 jours et commence le soir du réveillon, soit cette année, le 24 janvier, jusqu'à la Fête des lanternes qui aura lieu le 8 février.

) © AFP

Durant cette période on assiste à l'une des plus grandes migrations humaines puisqu'on estime que près de 385 millions voyageront alors à travers le pays pour rentrer chez elles ou se rendront à l'étranger. On estime ainsi que plus de 73 millions de personnes vont voyager en avion durant cette période de fêtes et qu'il y aurait plus de 413 millions de voyages en train.

Les autorités semblent également craindre une propagation de la panique, les censeurs de Weibo bloquant le hashtag #WuhanSARS. Alors que les médias chinois ont rendu compte de l'épidémie, les citoyens qui se souviennent de la dissimulation des Sars se méfient toujours des informations publiées par leur gouvernement.

"Tous les patients ont été placés en quarantaine", a annoncé la Commission municipale de l'hygiène et de la santé de Wuhan (centre), où l'épidémie est apparue il y a quelques jours. Le dernier bilan officiel fait état de 59 personnes contaminées, chez qui la maladie s'est déclarée entre le 12 et le 29 décembre, dont sept gravement atteintes, les autres étant dans un état stable. "Aucun patient n'est mort pour l'instant", a précisé la commission. Les symptômes du mystérieux virus comprennent des fièvres, des problèmes respiratoires et des lésions invasives aux deux poumons, comme le montrent les radiographies précise The Guardian.L'enquête des autorités sanitaires a permis de déterminer que plusieurs patients sont des vendeurs d'un marché de Wuhan spécialisé dans la vente en gros de fruits de mer et de poissons. Plusieurs boutiques du marché vendaient également des animaux sauvages, notamment des oiseaux, des serpents, des cerfs et des marmottes, selon les médias chinois. Il pourrait donc s'agir d'une transmission de l'animal à l'homme. "Le lien signalé avec un marché de gros de poissons et d'animaux vivants pourrait dénoter un lien avec l'exposition à des animaux", a réagi dimanche l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué.Wuhan, la capitale de la province du Hubei, est un grand centre urbain avec une population de plus de 10 millions d'habitants. Les autorités locales ont identifié 120 contacts étroits qui sont maintenant sous observation médicale, selon l'OMS. Les autorités de Wuhan ont déclaré qu'elles prenaient également des mesures supplémentaires en matière d'hygiène et d'assainissement et qu'elles enquêtaient sur la cause du virus."En ce qui concerne l'agent pathogène (...) incriminé, nous avons exclu plusieurs hypothèses, notamment le fait qu'il s'agisse d'une grippe, d'une grippe aviaire, d'un adénovirus, du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ou du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS)", a encore précisé la commission. La survenue de cette épidémie a ravivé ces derniers jours chez beaucoup d'habitants de Wuhan la crainte qu'il ne s'agisse du SRAS, qui a durement frappé les Chinois en 2003. Cette maladie respiratoire hautement contagieuse avait à l'époque gagné de nombreux pays (37 au total). La pandémie avait fait près de 800 morts, en majorité sur le territoire chinois, en 2002 et 2003, une épidémie aggravée par une dissimulation du gouvernement.La Commission municipale de l'hygiène et de la santé de Wuhan a précisé qu'une enquête était toujours en cours pour trouver l'origine de la maladie, soulignant qu'aucune transmission de l'homme à l'homme n'avait pour l'heure été constatée. La municipalité a pris plusieurs mesures, ordonnant en particulier la fermeture du marché concerné, où des opérations de désinfection et des analyses ont été effectuées. "Les symptômes signalés chez les patients sont communs à plusieurs maladies respiratoires et la pneumonie est fréquente en période hivernale", relève-t-elle, mais la concentration des cas incite à la "prudence". L'OMS se prononce toutefois pour l'instant contre toute restriction en matière de voyages ou de commerce visant la Chine.Mardi, la directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré que les responsables de la santé avaient " renforcé les mesures à toutes les frontières ". Tous les voyageurs arrivant en train de Wuhan sont ainsi soumis à un contrôle de la température corporelle de peur que la maladie ne se propage avec la grande transhumance qui a lieu chaque année pour le Nouvel An chinois. La date du Nouvel An chinois varie d'une année sur l'autre et en 2020, le Nouvel An chinois débutera le 25 janvier. Traditionnellement, la célébration dure 16 jours et commence le soir du réveillon, soit cette année, le 24 janvier, jusqu'à la Fête des lanternes qui aura lieu le 8 février. Durant cette période on assiste à l'une des plus grandes migrations humaines puisqu'on estime que près de 385 millions voyageront alors à travers le pays pour rentrer chez elles ou se rendront à l'étranger. On estime ainsi que plus de 73 millions de personnes vont voyager en avion durant cette période de fêtes et qu'il y aurait plus de 413 millions de voyages en train. Les autorités semblent également craindre une propagation de la panique, les censeurs de Weibo bloquant le hashtag #WuhanSARS. Alors que les médias chinois ont rendu compte de l'épidémie, les citoyens qui se souviennent de la dissimulation des Sars se méfient toujours des informations publiées par leur gouvernement.