"Ivan Golounov a été inculpé de tentative de trafic de drogue", a déclaré son avocat Pavel Tchikov sur la messagerie Telegram. Il y a fait paraître un document de la police dans lequel ce journaliste du média indépendant en ligne Meduza est accusé d'avoir tenté de vendre "une quantité importante" de cocaïne et de méphédrone.

Deux heures plus tard, la police moscovite a fait savoir dans un communiqué qu'Ivan Golounov, qui a été arrêté jeudi dans le centre de la capitale russe, officiellement en possession de près de quatre grammes d'une drogue de synthèse, avait été admis dans un hôpital après s'être "plaint de se sentir mal" pendant sa détention.

"Après avoir été examiné par des auxiliaires médicaux, la décision a été prise d'envoyer le détenu dans un établissement médical pour une évaluation" de son état de santé, selon la même source.

Son avocat Pavel Tchikov avait auparavant écrit sur Telegram que les médecins soupçonnaient que son client de 36 ans souffrait de côtes cassées et de contusions.

Le Conseil présidentiel russe pour les droits humains, qui conseille Vladimir Poutine, a diffusé vendredi soir une déclaration après que l'un de ses membres, Mme Eva Merkatcheva, eut rendu visite à Ivan Golounov en détention.

"Il a dit qu'il n'avait pas dormi depuis 24 heures et qu'il se sentait mal. Il n'a pas mangé non plus", a souligné Mme Merkatcheva, ajoutant qu'il racontait avoir reçu deux coups de poing et que des policiers s'étaient tenus debout sur sa poitrine.

Les forces de l'ordre assurent que de la méphédrone a été trouvée dans son sac à dos au moment de son arrestation, puis avoir découvert d'autres sachets contenant des stupéfiants au cours d'une perquisition à son domicile.

Ivan Golounov, qui encourt jusqu'à 15 ans de prison et devait comparaître samedi devant un tribunal chargé de décider s'il serait détenu, assigné à résidence ou bien libéré jusqu'au procès, rejette les accusations portées contre lui et affirme que ces sachets de drogue ne lui appartiennent pas.

"Nous avons des raisons de croire que Golounov est persécuté en raison de son travail journalistique", ont réagi des responsables de Meduza, dont le siège est à Riga, en Lettonie, pour échapper au contrôle des autorités russes.

Ce reporter a notamment écrit des articles sur le partage mafieux du business des cimetières et sur d'autres affaires de corruption et de détournements de fonds.

A l'extérieur du tribunal, plusieurs journalistes brandissaient des pancartes avec des slogans comme "Je suis le journaliste Ivan Golounov. Arrêtez-moi aussi". La police a interpellé trois personnes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Vendredi, des dizaines de journaliste avaient manifesté devant le siège du ministère de l'Intérieur à Moscou et certains d'entre eux avaient été brièvement arrêtés.

L'ONG Reporters sans frontières a averti que cette arrestation pourrait marquer "une escalade significative dans la persécution" des journalistes indépendants en Russie.