Les bombardements répétés et ciblés dans la région du Kordofan-Sud, "où les forces gouvernementales soudanaises sont engagées dans une guerre contre les groupes rebelles dans les Monts Nouba", empêchent "le bon déroulement des activités médicales et privent la population locale de soins essentiels", déplore MSF.

Près de 150 patients et membres du personnel étaient présents lorsqu'un avion de chasse soudanais a largué 13 bombes, relate MSF. "Deux ont atterri à l'intérieur même de l'hôpital et les autres à l'extérieur. "Un membre du personnel MSF ainsi qu'un patient ont été blessés. L'infrastructure a été endommagée." "Nous condamnons dans les termes les plus forts le bombardement", ajoute Marc Van der Mullen, chef de mission pour MSF.

"Aujourd'hui, il ne fait aucun doute que ce nouveau bombardement est un acte délibéré et ciblé sur une structure civile. Cette stratégie vise à terroriser la communauté. "Médecins sans Frontières demande au gouvernement de respecter l'assistance apportée à la population. Déjà bombardé en juin 2014, l'hôpital de Fandala est en activité depuis 2012. Près de 80.000 consultations y ont été faites et 4.000 personnes y ont été hospitalisées depuis.

Les bombardements répétés et ciblés dans la région du Kordofan-Sud, "où les forces gouvernementales soudanaises sont engagées dans une guerre contre les groupes rebelles dans les Monts Nouba", empêchent "le bon déroulement des activités médicales et privent la population locale de soins essentiels", déplore MSF. Près de 150 patients et membres du personnel étaient présents lorsqu'un avion de chasse soudanais a largué 13 bombes, relate MSF. "Deux ont atterri à l'intérieur même de l'hôpital et les autres à l'extérieur. "Un membre du personnel MSF ainsi qu'un patient ont été blessés. L'infrastructure a été endommagée." "Nous condamnons dans les termes les plus forts le bombardement", ajoute Marc Van der Mullen, chef de mission pour MSF. "Aujourd'hui, il ne fait aucun doute que ce nouveau bombardement est un acte délibéré et ciblé sur une structure civile. Cette stratégie vise à terroriser la communauté. "Médecins sans Frontières demande au gouvernement de respecter l'assistance apportée à la population. Déjà bombardé en juin 2014, l'hôpital de Fandala est en activité depuis 2012. Près de 80.000 consultations y ont été faites et 4.000 personnes y ont été hospitalisées depuis.