"Nous avons déjoué un certain nombre d'attentats encore ces derniers mois, un juste avant l'Euro qui aurait pu être particulièrement meurtrier", a affirmé le chef du gouvernement à la sortie d'"un point de situation" à Matignon après la tuerie du 14 juillet.

Le chef du gouvernement évoquait cet attentat déjoué pour démontrer l'efficacité de l'état d'urgence, que l'exécutif veut prolonger de trois mois après l'attentat à Nice.

Son entourage a ensuite précisé que le Premier ministre évoquait l'arrestation du jihadiste présumé Reda Kriket, un Français de 34 ans déjà condamné en Belgique dans une affaire de filière jihadiste vers la Syrie.

Son arrestation à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) puis la découverte d'un arsenal dans un appartement d'Argenteuil (Val d'Oise), deux jours après les attentats de Bruxelles et moins d'une semaine après l'arrestation de Salah Abdeslam, avait "permis d'éviter la commission d'une action d'une extrême violence par un réseau terroriste prêt à passer à l'acte", selon la justice française.

"Nous avons déjoué un certain nombre d'attentats encore ces derniers mois, un juste avant l'Euro qui aurait pu être particulièrement meurtrier", a affirmé le chef du gouvernement à la sortie d'"un point de situation" à Matignon après la tuerie du 14 juillet. Le chef du gouvernement évoquait cet attentat déjoué pour démontrer l'efficacité de l'état d'urgence, que l'exécutif veut prolonger de trois mois après l'attentat à Nice.Son entourage a ensuite précisé que le Premier ministre évoquait l'arrestation du jihadiste présumé Reda Kriket, un Français de 34 ans déjà condamné en Belgique dans une affaire de filière jihadiste vers la Syrie.Son arrestation à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) puis la découverte d'un arsenal dans un appartement d'Argenteuil (Val d'Oise), deux jours après les attentats de Bruxelles et moins d'une semaine après l'arrestation de Salah Abdeslam, avait "permis d'éviter la commission d'une action d'une extrême violence par un réseau terroriste prêt à passer à l'acte", selon la justice française.