"Nous avons décidé de rejoindre ce nouveau groupe car le PPE a refusé de nous faire monter du statut d'observateur à celui de membre associé, ce qu'il avait promis au début", a annoncé le vice-président de l'AKP (issu de la mouvance islamiste), Mevlut Cavusoglu. "Ce n'était pas la raison principale, laquelle est que l'AKP et ECR partagent les mêmes valeurs conservatrices et les mêmes objectifs, pour nos concitoyens et pour l'Europe", a-t-il ajouté. Selon 'La Libre Belgique', il s'agit d'un "petit séisme sur la scène politique européenne".

L'AKP avait en effet rejoint le PPE en 2005, ce qui avait valu bien des critiques au parti de l'ancien Premier ministre belge Wilfried Martens, accusé de faire la cour à tous les partis de l'Europe émergente, fussent-ils inspirés par l'islam.

Mais David Cameron a imposé la sécession des conservateurs britanniques du PPE, lui reprochant sa vocation fédéraliste et a commencé, lui aussi, à ratisser large. Son groupe est désormais le quatrième au sein du Parlement européen, derrière le PPE, les sociaux-démocrates, les libéraux, mais avant les Verts.