Trump aime le golf et ne s'en cache pas. Il joue régulièrement et possède une vingtaine de terrains. Une assiduité qu'on lui reproche puisque, depuis qu'il est président, il s'est rendu à 177 reprises dans l'un de ses clubs. Rick Reilly, chroniqueur sportif qui connaît Trump depuis trente ans, a rencontré une centaine de caddies et partenaire de golf du président américain pour son livre How Golf Explains Trump. L'image qu'il en dresse n'est pas des plus flatteuses. Trump a effectivement un niveau olympique dans un sport qu'il affectionne particulièrement. Mais malheureusement pour lui, c'est dans le domaine de la triche.
...

Trump aime le golf et ne s'en cache pas. Il joue régulièrement et possède une vingtaine de terrains. Une assiduité qu'on lui reproche puisque, depuis qu'il est président, il s'est rendu à 177 reprises dans l'un de ses clubs. Rick Reilly, chroniqueur sportif qui connaît Trump depuis trente ans, a rencontré une centaine de caddies et partenaire de golf du président américain pour son livre How Golf Explains Trump. L'image qu'il en dresse n'est pas des plus flatteuses. Trump a effectivement un niveau olympique dans un sport qu'il affectionne particulièrement. Mais malheureusement pour lui, c'est dans le domaine de la triche. Dans son jeu, comme dans sa vie en général, la subtilité n'étant pas de mise, il pipeaute, trafique, masque, manoeuvre pour gagner. "Il triche quand personne ne regarde, mais aussi quand tout le monde regarde". Tricher, c'est tout simplement "sa" façon de jouer au golf. Il triche même avec Tiger Woods. Il pense que tout le monde triche comme lui et que du coup ce n'est pas vraiment de la tricherie. Il truque, emberlificote et jette de la poudre aux yeux. On apprend ainsi qu'il remplace la balle qui a atterri dans l'étang par une autre qui se retrouve miraculeusement au bon endroit, modifie les scores, rejoue de nombreux coups (on appelle ça un 'floating mulligans'), exige des gimmes (quand le coup est tellement facile qu'on le considère comme acquis) à 2.5 mètres du trou, pousse du pied la balle des adversaires, ou fait même abattre des arbres s'ils sont entre lui et la victoire. Il s'arrange aussi pour toujours avoir sa propre voiturette pour être avant les autres au coup suivant et ainsi avoir du temps pour chipoter avec sa balle ou voler encore celles des autres. La rumeur veut qu'il ait toujours au moins quatre balles dans sa poche. Ses caddies sont tellement habitués à le voir bouger des balles avec son pied pour qu'elle arrive dans ce qu'il estimait être une meilleure position qu'ils lui ont trouvé un surnom: Pelé. Ses exploits en tournois de clubs sont un autre gros mensonge. En voulant se montrer comme un "winner", il se vante régulièrement d'avoir gagné 18 tournois de golf. Or 16 de ses victoires sont de pures inventions et pour les deux restants il a omis de dire qu'il concourrait dans la catégorie senior, voire super senior (plus de soixante ans). L'ironie de la chose, c'est que toutes ces tricheries sont en réalité contreproductives. En trichant systématiquement de la sorte, il ne s'entraîne plus à faire des coups difficiles et son niveau, qui n'était pas mauvais, s'écroule. Ensuite il s'est construit une réputation exécrable dans ce sport où l'intégrité joue un rôle central et où chacun est son propre arbitre. Ben Crenshaw, ancien champion, décrivait le golf comme "un sport avec une conscience". Ou comme le précise encore Rick Reilly: "le golf est comme un short de cycliste. Ça en dit beaucoup sur la personne. Et la façon dont Trump golfe correspond à la façon dont il préside. Il fait comme si les règles étaient faites pour les autres. Pour lui, les faits sont comme ses cartes de scores de golf: des "impressions" malléables et négociables". Ce portrait au vitriol renforce donc un peu plus l'image d'un homme qui ment beaucoup depuis longtemps. Et qui n'a rien changé à ses mauvaises habitudes en étant élu président. Depuis qu'il a pris ses fonctions, il y a plus de 800 jours, il aurait sorti pas moins de 9451 mensonges, selon le Washington Post qui recense toutes les "affirmations fausses ou trompeuses" de Trump (la dernière mise à jour date du 31 mars). Soit une belle moyenne de presque 12 mensonges par jour.