Les Etats-Unis y ont eu recours le 20 juin contre les systèmes informatiques d'une unité du renseignement iranien (en représailles au sabotage de pétroliers dont elle est suspectée) et ceux contrôlant des lanceurs de missiles (en réponse à la destruction quelques heures plus tôt, par Téhéran, d'un drone américain). Cette dernière riposte a été préférée à une attaque de radars et de batteries de missiles qui aurait pu coûter la vie à 150 personnes.
...