Le tweet survient alors que le pays traverse un intense débat national sur la question raciale et les discriminations ethniques après la mort de George Floyd, cet Américain noir asphyxié par un policier blanc durant son arrestation. Depuis lors, un vent de protestation s'est élevé à travers tout le pays sous la bannière Black Lives Matter.

La vidéo en question montre des partisans au président américain et des manifestants anti-Trump se crier dessus. On entend ensuite un partisan du président crier "White Power" depuis une voiturette de golf.

Trump a partagé la vidéo avec comme commentaire: "Merci aux gens formidables de The Villages", se référant à la région en Floride où la scène aurait été filmée, une communauté pour les plus de 55 ans qui accueille 115.000 habitants. "Le président Trump est un grand fan des Villages. Il n'a pas entendu le message dans cette vidéo. Ce qu'il a vu, c'est un enthousiasme incroyable de la part de ses soutiens", a réagi un porte-parole de la Maison Blanche, Judd Deere.

Une action "indéfendable", selon le président du parti démocrate Tom Perez. "Le président essaie de jouer la carte de l'ignorance, mais la consistance de ses actions - de Charlottesville à Lafayette Square - recouvrent le vide de ses mots", a-t-il dénoncé. Trump est accusé par ses adversaires démocrates de proximité avec les suprémacistes blancs, qui l'ont largement soutenu en 2016.

Le sénateur Tim Scott, le seul membre républicain noir du Sénat, n'a pas tardé à critiquer le président. "Il n'aurait pas dû retweeter cette vidéo et il devrait la retirer", a-t-il réagi sur CNN. "Cela est offensant".

Après quelques heures, la publication avait disparu du compte Twitter de Donald Trump. La Maison Blanche a affirmé que le président n'avait pas entendu qu'"une telle déclaration" était prononcée dans la vidéo. "Ce qu'il a par contre vu, c'est le formidable enthousiasme de ses nombreux partisans", a indiqué le porte-parole, Judd Deere. L'actuel hôte de la Maison blanche est accusé d'avoir enflammé les tensions raciales dans le pays au cours de son mandat, y compris ces dernières semaines alors qu'il a appelé à une sévère répression des manifestations parfois violentes contre l'injustice et la brutalité policière.

Le tweet survient alors que le pays traverse un intense débat national sur la question raciale et les discriminations ethniques après la mort de George Floyd, cet Américain noir asphyxié par un policier blanc durant son arrestation. Depuis lors, un vent de protestation s'est élevé à travers tout le pays sous la bannière Black Lives Matter. La vidéo en question montre des partisans au président américain et des manifestants anti-Trump se crier dessus. On entend ensuite un partisan du président crier "White Power" depuis une voiturette de golf. Trump a partagé la vidéo avec comme commentaire: "Merci aux gens formidables de The Villages", se référant à la région en Floride où la scène aurait été filmée, une communauté pour les plus de 55 ans qui accueille 115.000 habitants. "Le président Trump est un grand fan des Villages. Il n'a pas entendu le message dans cette vidéo. Ce qu'il a vu, c'est un enthousiasme incroyable de la part de ses soutiens", a réagi un porte-parole de la Maison Blanche, Judd Deere.Une action "indéfendable", selon le président du parti démocrate Tom Perez. "Le président essaie de jouer la carte de l'ignorance, mais la consistance de ses actions - de Charlottesville à Lafayette Square - recouvrent le vide de ses mots", a-t-il dénoncé. Trump est accusé par ses adversaires démocrates de proximité avec les suprémacistes blancs, qui l'ont largement soutenu en 2016. Le sénateur Tim Scott, le seul membre républicain noir du Sénat, n'a pas tardé à critiquer le président. "Il n'aurait pas dû retweeter cette vidéo et il devrait la retirer", a-t-il réagi sur CNN. "Cela est offensant". Après quelques heures, la publication avait disparu du compte Twitter de Donald Trump. La Maison Blanche a affirmé que le président n'avait pas entendu qu'"une telle déclaration" était prononcée dans la vidéo. "Ce qu'il a par contre vu, c'est le formidable enthousiasme de ses nombreux partisans", a indiqué le porte-parole, Judd Deere. L'actuel hôte de la Maison blanche est accusé d'avoir enflammé les tensions raciales dans le pays au cours de son mandat, y compris ces dernières semaines alors qu'il a appelé à une sévère répression des manifestations parfois violentes contre l'injustice et la brutalité policière.