"J'ai toujours eu une très bonne presse quand j'étais homme d'affaires. Ce n'est qu'en devenant un homme politique que j'ai réalisé à quel point la presse peut être méchante" et "fausse", a-t-il dit lors du Forum économique mondial.

"Ecoutez-moi ça. Lui qui parle de 'fake news'!" s'est étranglée en l'entendant Anya Schiffrin. Cette professeure à l'université de Colombia, portant un T-Shirt "Not my president", a écouté Donald Trump à l'extérieur de la salle.

Avant ces propos tenus lors d'un court échange informel sur la scène avec l'organisateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab, le président américain s'en était tenu à un discours écrit sur mesure pour ce grand raout du capitalisme et du libre-échange.

Dans la matinée, Donald Trump avait balayé d'un "fake news" les informations du New York Times, selon lesquelles il aurait donné l'ordre en juin 2017 de renvoyer le procureur spécial Robert Mueller, avant de se raviser.

Robert Mueller mène l'enquête ultra-sensible sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne Trump et Moscou.

"J'ai toujours eu une très bonne presse quand j'étais homme d'affaires. Ce n'est qu'en devenant un homme politique que j'ai réalisé à quel point la presse peut être méchante" et "fausse", a-t-il dit lors du Forum économique mondial."Ecoutez-moi ça. Lui qui parle de 'fake news'!" s'est étranglée en l'entendant Anya Schiffrin. Cette professeure à l'université de Colombia, portant un T-Shirt "Not my president", a écouté Donald Trump à l'extérieur de la salle.Avant ces propos tenus lors d'un court échange informel sur la scène avec l'organisateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab, le président américain s'en était tenu à un discours écrit sur mesure pour ce grand raout du capitalisme et du libre-échange.Dans la matinée, Donald Trump avait balayé d'un "fake news" les informations du New York Times, selon lesquelles il aurait donné l'ordre en juin 2017 de renvoyer le procureur spécial Robert Mueller, avant de se raviser.Robert Mueller mène l'enquête ultra-sensible sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne Trump et Moscou.