Confronté à la destruction brutale de millions d'emplois en raison des mesures de confinement, le président républicain avait décidé il y a deux mois de suspendre pour 60 jours la délivrance des "green cards", qui offrent un statut de résident permanent aux Etats-Unis, sans toucher aux visas de travail temporaire.

Un nouveau décret, qu'il doit signer dans l'après-midi, prolongera cette "pause" jusqu'au 31 décembre et inclura cette fois plusieurs types de visas de travail, dont les H1-B très utilisés dans le secteur des hautes technologies, a annoncé un haut responsable.

Sont également concernés les visas H2B réservés aux travailleurs peu qualifiés (avec une exception pour les employés de l'industrie alimentaire), les visas J utilisés pour les étudiants-chercheurs ou les visas de transfert inter-compagnies qui servent pour certains contrats expatriés.

Selon ce responsable, cette "pause" devrait empêcher au moins 525.000 étrangers d'entrer sur le sol américain et réserver leurs emplois à des Américains.

"La priorité du président, c'est de remettre les Américains au travail", a-t-il justifié.

Aux Etats-Unis, le taux de chômage a bondi à 13,3% de la population active en mai, contre 3,5% en février, en raison des mesures de confinement prises pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus.

Confronté à la destruction brutale de millions d'emplois en raison des mesures de confinement, le président républicain avait décidé il y a deux mois de suspendre pour 60 jours la délivrance des "green cards", qui offrent un statut de résident permanent aux Etats-Unis, sans toucher aux visas de travail temporaire. Un nouveau décret, qu'il doit signer dans l'après-midi, prolongera cette "pause" jusqu'au 31 décembre et inclura cette fois plusieurs types de visas de travail, dont les H1-B très utilisés dans le secteur des hautes technologies, a annoncé un haut responsable.Sont également concernés les visas H2B réservés aux travailleurs peu qualifiés (avec une exception pour les employés de l'industrie alimentaire), les visas J utilisés pour les étudiants-chercheurs ou les visas de transfert inter-compagnies qui servent pour certains contrats expatriés.Selon ce responsable, cette "pause" devrait empêcher au moins 525.000 étrangers d'entrer sur le sol américain et réserver leurs emplois à des Américains. "La priorité du président, c'est de remettre les Américains au travail", a-t-il justifié. Aux Etats-Unis, le taux de chômage a bondi à 13,3% de la population active en mai, contre 3,5% en février, en raison des mesures de confinement prises pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus.