Le milliardaire républicain recevait dans le Bureau ovale plusieurs sénateurs, dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin, pour évoquer un projet bipartisan proposant de limiter le regroupement familial et de restreindre l'accès à la loterie pour la carte verte. En échange, l'accord permettrait d'éviter l'expulsion de milliers de jeunes, souvent arrivés enfants aux Etats-Unis.

"Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de 'pays de merde' viennent ici?", a demandé le président Trump lors des discussions, selon le quotidien qui cite plusieurs sources anonymes. Selon elles, l'homme d'affaires devenu président faisait référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti, expliquant que les Etats-Unis devraient plutôt accueillir davantage de ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille.

Toujours de même source, les sénateurs présents ont été déconcertés par ces propos. La Maison Blanche n'a pas nié que le président américain ait tenu ces propos.

Le milliardaire républicain recevait dans le Bureau ovale plusieurs sénateurs, dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin, pour évoquer un projet bipartisan proposant de limiter le regroupement familial et de restreindre l'accès à la loterie pour la carte verte. En échange, l'accord permettrait d'éviter l'expulsion de milliers de jeunes, souvent arrivés enfants aux Etats-Unis. "Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de 'pays de merde' viennent ici?", a demandé le président Trump lors des discussions, selon le quotidien qui cite plusieurs sources anonymes. Selon elles, l'homme d'affaires devenu président faisait référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti, expliquant que les Etats-Unis devraient plutôt accueillir davantage de ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille. Toujours de même source, les sénateurs présents ont été déconcertés par ces propos. La Maison Blanche n'a pas nié que le président américain ait tenu ces propos.