Lorsqu'il a été interrogé sur le sujet et prié de fournir des détails sur sa position, Donald Trump à répondu "Non, autre question", aux journalistes couvrant la conférence de presse du président américain avec son homologue colombien Juan Manuel Santos.

Le président, pris dans la tourmente de diverses révélations récemment, a en outre estimé que la nomination d'un procureur spécial dans l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle, annoncée la veille, "divisait le pays".

"Je respecte l'initiative, mais toute cette histoire est une chasse aux sorcières et il n'y a aucune collusion à coup sûr entre ma campagne et moi-même - mais je peux toujours parler pour moi-- et les Russes, zéro", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse commune avec le président colombien Juan Manuel Santos à la Maison Blanche. "Je pense que cela divise le pays", a-t-il poursuivi.

Lorsqu'il a été interrogé sur le sujet et prié de fournir des détails sur sa position, Donald Trump à répondu "Non, autre question", aux journalistes couvrant la conférence de presse du président américain avec son homologue colombien Juan Manuel Santos. Le président, pris dans la tourmente de diverses révélations récemment, a en outre estimé que la nomination d'un procureur spécial dans l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle, annoncée la veille, "divisait le pays". "Je respecte l'initiative, mais toute cette histoire est une chasse aux sorcières et il n'y a aucune collusion à coup sûr entre ma campagne et moi-même - mais je peux toujours parler pour moi-- et les Russes, zéro", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse commune avec le président colombien Juan Manuel Santos à la Maison Blanche. "Je pense que cela divise le pays", a-t-il poursuivi.