"Les médias ont une grande responsabilité quant aux vies et à la sécurité dans notre pays. Les fake news ont grandement contribué à la colère et la rage qui se sont développées durant de nombreuses années", a-t-il écrit sur Twitter.

"La couverture des informations doit commencer à être équitable, nuancée et non partisane, sinon ces terribles problèmes ne feront que s'aggraver!", s'est-il exclamé.

Deux nouvelles fusillades, l'une dans la ville d'El Paso, au Texas, et l'autre à Dayton, dans l'Ohio, survenues à seulement 13 heures d'intervalle, ont de nouveau endeuillé les Etats-Unis ce week-end.

Dans le cas de la tuerie d'El Paso, ville se situant à la frontière avec le Mexique, la police examine la piste du racisme. Son auteur, identifié par des médias comme Patrick Crusius, est soupçonné d'avoir rédigé, avant de passer à l'acte, un manifeste anti-hispanique. Sept des vingt personnes tuées à El Paso sont des Mexicains.

Après cet événement tragique, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates de favorier la montée de l'intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol.