Six soldats turcs ont été tués dans la région d'Idleb par des tirs d'artillerie du régime syrien, avait indiqué la Turquie, affirmant que l'armée turque avait répliqué et "détruit plusieurs cibles". "Les forces turques ont tiré des dizaines de roquettes lors d'une attaque de représailles qui s'est poursuivie jusqu'à l'aube contre les forces du régime au sud de la ville de Saraqeb", a indiqué l'OSDH.

"Six soldats du régime ont été tués et plus de 20 autres blessés", a ajouté cette ONG qui dispose d'un large réseau de source dans le pays en guerre. Selon le président turc Recep Tayyip Erdogan, "entre 30 et 35" soldats syriens ont été tués lors de la riposte turque. La Turquie a déployé des militaires dans 12 postes d'observation dans la région d'Idleb dans le cadre d'un accord conclu avec la Russie visant à faire cesser les violences dans ce dernier bastion dominé par des jihadistes et des rebelles en Syrie.

Mais les forces du régime de Bachar al-Assad, appuyées par Moscou, ont intensifié depuis plusieurs semaines leur offensive dans cette province, multipliant les bombardements meurtriers. Le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin, a lui aussi affirmé que l'armée turque avait répliqué, et averti que les coupables (de leur mort) rendront des comptes". Et le président turc a demandé à la Russie de ne pas entraver la "riposte" turque. La moitié de la province d'Idleb mais aussi des territoires adjacents dans celles d'Alep, Hama et Lattaquié, sont dominés par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, ex-branche d'Al-Qaïda.

La région abrite aussi d'autres groupuscules djihadistes mais aussi des rebelles anti-régime affaiblis Fort du soutien de Moscou et de l'Iran, le régime syrien a enchaîné ces deux dernières années les victoires contre les rebelles et les djihadistes et contrôle désormais plus de 70% du territoire national, après la reconquête de pans de territoire perdus après le début de la guerre en 2011, selon l'OSDH. Déclenché il y a bientôt neuf ans, le conflit en Syrie a fait plus de 380.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Six soldats turcs ont été tués dans la région d'Idleb par des tirs d'artillerie du régime syrien, avait indiqué la Turquie, affirmant que l'armée turque avait répliqué et "détruit plusieurs cibles". "Les forces turques ont tiré des dizaines de roquettes lors d'une attaque de représailles qui s'est poursuivie jusqu'à l'aube contre les forces du régime au sud de la ville de Saraqeb", a indiqué l'OSDH. "Six soldats du régime ont été tués et plus de 20 autres blessés", a ajouté cette ONG qui dispose d'un large réseau de source dans le pays en guerre. Selon le président turc Recep Tayyip Erdogan, "entre 30 et 35" soldats syriens ont été tués lors de la riposte turque. La Turquie a déployé des militaires dans 12 postes d'observation dans la région d'Idleb dans le cadre d'un accord conclu avec la Russie visant à faire cesser les violences dans ce dernier bastion dominé par des jihadistes et des rebelles en Syrie. Mais les forces du régime de Bachar al-Assad, appuyées par Moscou, ont intensifié depuis plusieurs semaines leur offensive dans cette province, multipliant les bombardements meurtriers. Le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin, a lui aussi affirmé que l'armée turque avait répliqué, et averti que les coupables (de leur mort) rendront des comptes". Et le président turc a demandé à la Russie de ne pas entraver la "riposte" turque. La moitié de la province d'Idleb mais aussi des territoires adjacents dans celles d'Alep, Hama et Lattaquié, sont dominés par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, ex-branche d'Al-Qaïda. La région abrite aussi d'autres groupuscules djihadistes mais aussi des rebelles anti-régime affaiblis Fort du soutien de Moscou et de l'Iran, le régime syrien a enchaîné ces deux dernières années les victoires contre les rebelles et les djihadistes et contrôle désormais plus de 70% du territoire national, après la reconquête de pans de territoire perdus après le début de la guerre en 2011, selon l'OSDH. Déclenché il y a bientôt neuf ans, le conflit en Syrie a fait plus de 380.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.