"Le président Kim ne veut pas me décevoir avec une violation de confiance, il y a bien trop à gagner pour la Corée du Nord", a écrit Donald Trump sur Twitter, en affirmant que ces tests militaires n'étaient "pas une violation" de la déclaration signée entre les deux leaders à Singapour lors de leur sommet en juin 2018. "Il n'y avait pas non plus de discussion sur des missiles de courte portée lorsque nous nous sommes serré la main", a-t-il ajouté. Ces tirs "pourraient" en revanche constituer une violation des résolutions de l'ONU, a écrit le président américain.

La Corée du Nord a pour interdiction de lancer des missiles balistiques en vertu des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. Les membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU ont condamné jeudi cette récente série d'essais de missiles.

Le locataire de la Maison Blanche avait déjà estimé jeudi qu'il ne voyait "pas de problème" dans ces tirs de courte portée. "Je peux me tromper, mais je pense que le président Kim a une belle et grande vision pour son pays, et seuls les Etats-Unis, avec moi comme président, peuvent faire de cette vision une réalité", a-t-il appuyé vendredi.

Pyongyang et Washington sont engagés depuis plus d'un an dans un processus diplomatique pour régler la question des programmes nucléaire et balistique nord-coréens. Donald Trump et Kim Jong Un se sont rencontrés à trois reprises, la dernière fois en juin dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule coréenne, où ils avaient convenu de reprendre les négociations.