"Nous avons décidé d'intensifier les efforts (...) pour rendre opérationnelle la zone de désescalade à Idleb", a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan au cours d'une conférence de presse à Ankara avec son homologue russe Vladimir Poutine. La province d'Idleb a été désignée comme devant être l'une des quatre "zones de désescalade" en Syrie pendant des négociations mi-septembre à Astana (Kazakhstan) entre la Russie et l'Iran, des pays alliés du président syrien Bachar al-Assad, et la Turquie, qui soutient la rébellion.

Mais depuis, le régime de Damas et ses alliés ont procédé à des bombardements meurtriers dans cette province, contrôlée en grande partie par des djihadistes de l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, des bombardements des forces du régime et russes en réaction à une offensive djihadiste ont fait des morts dans la province d'Idleb depuis le 19 septembre.

Vladimir Poutine a affirmé au cours de la conférence de presse à Ankara que la Turquie et la Russie allaient "approfondir leur coordination" en vue de mettre un terme au conflit syrien qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts depuis mars 2011. "De fait, les conditions nécessaires ont été créées pour mettre un terme à la guerre fratricide en Syrie, (infliger) une défaite finale aux terroristes et permettre aux Syriens de retourner à une vie paisible", a déclaré M. Poutine.

Le chef de l'Etat russe a toutefois reconnu que l'application des décisions prises à Astana n'avait "pas été facile", mais a estimé que les différentes parties avaient déjà "réussi à obtenir un résultat positif".

La Turquie et la Russie, qui soutiennent des camps opposés en Syrie, ont mis leurs divergences de côté ces derniers mois pour tenter de parvenir à un règlement du conflit syrien.

Leur rapprochement, après une grave crise diplomatique en 2015, a suscité l'inquiétude de plusieurs partenaires occidentaux de la Turquie.

"Nous avons décidé d'intensifier les efforts (...) pour rendre opérationnelle la zone de désescalade à Idleb", a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan au cours d'une conférence de presse à Ankara avec son homologue russe Vladimir Poutine. La province d'Idleb a été désignée comme devant être l'une des quatre "zones de désescalade" en Syrie pendant des négociations mi-septembre à Astana (Kazakhstan) entre la Russie et l'Iran, des pays alliés du président syrien Bachar al-Assad, et la Turquie, qui soutient la rébellion. Mais depuis, le régime de Damas et ses alliés ont procédé à des bombardements meurtriers dans cette province, contrôlée en grande partie par des djihadistes de l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, des bombardements des forces du régime et russes en réaction à une offensive djihadiste ont fait des morts dans la province d'Idleb depuis le 19 septembre. Vladimir Poutine a affirmé au cours de la conférence de presse à Ankara que la Turquie et la Russie allaient "approfondir leur coordination" en vue de mettre un terme au conflit syrien qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts depuis mars 2011. "De fait, les conditions nécessaires ont été créées pour mettre un terme à la guerre fratricide en Syrie, (infliger) une défaite finale aux terroristes et permettre aux Syriens de retourner à une vie paisible", a déclaré M. Poutine. Le chef de l'Etat russe a toutefois reconnu que l'application des décisions prises à Astana n'avait "pas été facile", mais a estimé que les différentes parties avaient déjà "réussi à obtenir un résultat positif". La Turquie et la Russie, qui soutiennent des camps opposés en Syrie, ont mis leurs divergences de côté ces derniers mois pour tenter de parvenir à un règlement du conflit syrien. Leur rapprochement, après une grave crise diplomatique en 2015, a suscité l'inquiétude de plusieurs partenaires occidentaux de la Turquie.