"1.261 personnes ont été tuées à travers le pays depuis le déclenchement dimanche dernier des combats à Damas", a déclaré par téléphone à l'AFP le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, précisant que ce bilan inclut 931 civils, 299 soldats et membres des forces de sécurité syriennes, et 31 soldats rebelles.

M. Rahman n'a pas précisé comment ce bilan invérifiable avait été établi. Son organisation, basée en Grande-Bretagne, s'appuie généralement pour ses informations sur un réseau de militants et de témoins en Syrie.

Selon l'OSDH, plus de 19.000 personnes en majorité des civils ont au total péri dans les violences depuis le déclenchement en mars 2011 de la révolte marquée au départ par des manifestations pacifiques mais qui s'est ensuite militarisée face à la répression.

Des combats dans des quartiers périphériques de Damas entre soldats et rebelles, les plus violents depuis le début de la révolte contre le régime en mars 2011, ont éclaté" le 15 juillet. L'armée a tiré des obus de mortier contre plusieurs quartiers où sont retranchés des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), selon l'OSDH.

Formée de déserteurs et de civils armés, l'ASL avait annoncé à cette occasion avoir lancé une opération "de grande envergure" baptisée "le volcan de Damas et les séismes de Syrie".

Avec Belga

"1.261 personnes ont été tuées à travers le pays depuis le déclenchement dimanche dernier des combats à Damas", a déclaré par téléphone à l'AFP le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, précisant que ce bilan inclut 931 civils, 299 soldats et membres des forces de sécurité syriennes, et 31 soldats rebelles. M. Rahman n'a pas précisé comment ce bilan invérifiable avait été établi. Son organisation, basée en Grande-Bretagne, s'appuie généralement pour ses informations sur un réseau de militants et de témoins en Syrie. Selon l'OSDH, plus de 19.000 personnes en majorité des civils ont au total péri dans les violences depuis le déclenchement en mars 2011 de la révolte marquée au départ par des manifestations pacifiques mais qui s'est ensuite militarisée face à la répression. Des combats dans des quartiers périphériques de Damas entre soldats et rebelles, les plus violents depuis le début de la révolte contre le régime en mars 2011, ont éclaté" le 15 juillet. L'armée a tiré des obus de mortier contre plusieurs quartiers où sont retranchés des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), selon l'OSDH. Formée de déserteurs et de civils armés, l'ASL avait annoncé à cette occasion avoir lancé une opération "de grande envergure" baptisée "le volcan de Damas et les séismes de Syrie".Avec Belga