Ryanair et SPAC se sont entendus sur des accords de transfert de base et d'ancienneté, qui couvriront l'ensemble des pilotes de la compagnie directement employés au Portugal, précise l'entreprise irlandaise.

Cette dernière a également signé cette semaine des accords similaires avec les syndicats Balpa au Royaume-Uni et Anpac en Italie, couvrant tous les pilotes britanniques et italiens directement employés par Ryanair, poursuit-elle. La compagnie prévoit aussi de signer prochainement un accord de reconnaissance avec le syndicat de pilotes espagnol Sepla, qui ouvrira la voie à des négociations rapides sur une convention collective.

Selon Eddie Wilson, directeur du personnel de Ryanair, ces différents accords "témoignent des progrès considérables que nous réalisons dans la conclusion d'accords avec nos employés sur nos principaux marchés européens".

D'après lui, le contexte actuel dans le secteur aéronautique a stimulé "de manière significative" ces négociations syndicales au cours des dernières semaines. Il évoque notamment la récente vague de faillite des compagnies aériennes en Europe (Primera Air, Cobalt, Air Azur, etc.) ainsi que les fermetures/réductions de bases annoncées par de nombreuses grandes compagnies aériennes européennes en réponse à la hausse des prix du pétrole et à la baisse des tarifs aériens.

"Les pilotes et les équipages de cabine de Ryanair reconnaissent qu'ils bénéficient d'un meilleur salaire, de meilleurs programmes de vol et d'une sécurité d'emploi bien supérieure à celle de leurs homologues dans de nombreuses autres compagnies aériennes européennes", affirme Eddie Wilson.

Le directeur du personnel de l'entreprise irlandaise s'attend à ce que "ces accords en Espagne et au Portugal, en particulier, incitent les syndicats de personnel navigant de ces deux pays à se distancier des employés de compagnies aériennes concurrentes (qui bloquent la progression d'accords) et à conclure rapidement des accords relatifs au personnel navigant dans ces pays, conformément à ce que demandent les équipages portugais et espagnols.

" Des organisations portugaise et espagnole représentant le personnel de cabine ont en effet participé récemment à plusieurs grèves européennes de stewards et hôtesses, auxquelles s'est également jointe la CNE pour la Belgique. Les différents syndicats demandent à Ryanair d'appliquer sans conditions et sans délai les différents législations nationales sur le travail et non plus la seule irlandaise.

Jeudi, le syndicat chrétien belge a fait part de son intention d'organiser plusieurs journées de grève d'ici la fin de l'année si la direction de la compagnie aérienne "ne change pas radicalement de position et d'attitude" en la matière.