Une semaine après une conférence de presse menée conjointement à Bruxelles par les partis PS-Imberakuri et PDP-Imanzi (son président Deo Mushayidi, un Tutsi qui vivait en Belgique, vient d'écoper de la prison à vie à Kigali), deux autres mouvements font cause commune : le FDU de Victoire Ingabire, également incarcérée, et le Rwanda National Congres, animé par quatre ex-proches du président Kagame.

Lors d'un meeting commun tenu le 31 mars sous protection policière à Ixelles, Théogène Rudasingwa, ancien secrétaire général du FPR (le parti au pouvoir), a comparé la situation actuelle à celle qui prévalait avant la révolution hutu de 1959, assimilant Kagame à un "roi tutsi" qui exclut la majorité de la population. Il l'a en outre accusé d'avoir commandité l'assassinat de son prédécesseur, mais aussi celui de Laurent-Désiré Kabila au Congo en 2001.

De son côté, l'ambassade rwandaise à Bruxelles organise ce 7 avril une journée du souvenir sous le thème "Apprenons de notre Histoire pour façonner un avenir brillant". A voir les diverses récupérations de la commémoration, tout le monde n'a pas la même conception de l'histoire au Rwanda, ni de son avenir, même si Rudasingwa a finalement reconnu que "tout n'était pas mauvais au sein du FPR".

F.J.O.

Une semaine après une conférence de presse menée conjointement à Bruxelles par les partis PS-Imberakuri et PDP-Imanzi (son président Deo Mushayidi, un Tutsi qui vivait en Belgique, vient d'écoper de la prison à vie à Kigali), deux autres mouvements font cause commune : le FDU de Victoire Ingabire, également incarcérée, et le Rwanda National Congres, animé par quatre ex-proches du président Kagame. Lors d'un meeting commun tenu le 31 mars sous protection policière à Ixelles, Théogène Rudasingwa, ancien secrétaire général du FPR (le parti au pouvoir), a comparé la situation actuelle à celle qui prévalait avant la révolution hutu de 1959, assimilant Kagame à un "roi tutsi" qui exclut la majorité de la population. Il l'a en outre accusé d'avoir commandité l'assassinat de son prédécesseur, mais aussi celui de Laurent-Désiré Kabila au Congo en 2001. De son côté, l'ambassade rwandaise à Bruxelles organise ce 7 avril une journée du souvenir sous le thème "Apprenons de notre Histoire pour façonner un avenir brillant". A voir les diverses récupérations de la commémoration, tout le monde n'a pas la même conception de l'histoire au Rwanda, ni de son avenir, même si Rudasingwa a finalement reconnu que "tout n'était pas mauvais au sein du FPR". F.J.O.