"En lien avec une menace terroriste, le concert d'Allah-Las n'aura pas lieu ce soir, sur ordre de la police", a écrit la salle Maassilo sur son compte Twitter. Le groupe rock californien Allah-Las, formé à Los Angleles en 2008, devait se produire à 20H30 dans la salle Maasilo à Rotterdam, dont les portes devaient s'ouvrir à 19H30. Des agents de police munis de gilets pare-balles étaient postés près de la salle, d'une capacité d'environ mille personnes, a constaté la radio-télévision publique néerlandaise NOS. L'immeuble a été évacué, des dizaines de spectateurs ont été refoulés et l'unité antiterroriste du Service d'interventions spéciales (DSI) s'est rendu sur place, a-t-elle ajouté. La police de Rotterdam, qui restait injoignable mercredi soir, a annulé l'événement moins d'une semaine après deux attaques au véhicule-bélier en Espagne revendiquées par le groupe Etat islamique (EI) et dans un contexte de forte menace terroriste en Europe. Les Pays-Bas ont pour l'heure été épargnés par la vague d'attentats qui ébranle leurs proches voisins européens. Mais les autorités restent sur leurs gardes en raison de plusieurs alertes ces derniers mois et de rapports indiquant que des individus liés aux attentats de Paris et de Bruxelles sont brièvement entrés dans le pays. En juin, un Néerlandais, connu des autorités comme étant potentiellement radicalisé, avait été arrêté pendant qu'il filmait à l'extérieur du Philips Stadium à Eindhoven, l'un des plus grands stades des Pays-Bas. L'interpellation était survenue quelques semaines après l'attentat de Manchester qui avait fait 22 morts à la sortie d'un concert de la pop-star Ariana Grande.

"En lien avec une menace terroriste, le concert d'Allah-Las n'aura pas lieu ce soir, sur ordre de la police", a écrit la salle Maassilo sur son compte Twitter. Le groupe rock californien Allah-Las, formé à Los Angleles en 2008, devait se produire à 20H30 dans la salle Maasilo à Rotterdam, dont les portes devaient s'ouvrir à 19H30. Des agents de police munis de gilets pare-balles étaient postés près de la salle, d'une capacité d'environ mille personnes, a constaté la radio-télévision publique néerlandaise NOS. L'immeuble a été évacué, des dizaines de spectateurs ont été refoulés et l'unité antiterroriste du Service d'interventions spéciales (DSI) s'est rendu sur place, a-t-elle ajouté. La police de Rotterdam, qui restait injoignable mercredi soir, a annulé l'événement moins d'une semaine après deux attaques au véhicule-bélier en Espagne revendiquées par le groupe Etat islamique (EI) et dans un contexte de forte menace terroriste en Europe. Les Pays-Bas ont pour l'heure été épargnés par la vague d'attentats qui ébranle leurs proches voisins européens. Mais les autorités restent sur leurs gardes en raison de plusieurs alertes ces derniers mois et de rapports indiquant que des individus liés aux attentats de Paris et de Bruxelles sont brièvement entrés dans le pays. En juin, un Néerlandais, connu des autorités comme étant potentiellement radicalisé, avait été arrêté pendant qu'il filmait à l'extérieur du Philips Stadium à Eindhoven, l'un des plus grands stades des Pays-Bas. L'interpellation était survenue quelques semaines après l'attentat de Manchester qui avait fait 22 morts à la sortie d'un concert de la pop-star Ariana Grande.