Depuis l'accession au pouvoir de Félix Tshisekedi il y a un an, les différentes mesures prises par le gouvernement congolais en représailles aux critiques belges sur les reports des élections et à une "révision fondamentale" de la coopération belge début 2018 ont été levées. Parmi elles, la fermeture du consulat général de Belgique à Lubumbashi début février 2018, à la demande du gouvernement congolais. Sous la présidence de celui qui a succédé à Joseph Kabila, la RDC a donné en décembre dernier son feu vert à sa réouverture, relançant parallèlement les perspectives de réouverture d'un consulat congolais à Anvers.

Sophie Wilmès a souligné vendredi que la réouverture du consulat belge à Lubumbashi est un "signe symbolique" des relations retrouvées entre les deux pays. Sa fermeture durant deux ans était "une situation délicate", estime-t-elle, jugeant que le consulat est une importante "porte d'accès vers la Belgique" pour la population congolaise.

Depuis l'accession au pouvoir de Félix Tshisekedi il y a un an, les différentes mesures prises par le gouvernement congolais en représailles aux critiques belges sur les reports des élections et à une "révision fondamentale" de la coopération belge début 2018 ont été levées. Parmi elles, la fermeture du consulat général de Belgique à Lubumbashi début février 2018, à la demande du gouvernement congolais. Sous la présidence de celui qui a succédé à Joseph Kabila, la RDC a donné en décembre dernier son feu vert à sa réouverture, relançant parallèlement les perspectives de réouverture d'un consulat congolais à Anvers. Sophie Wilmès a souligné vendredi que la réouverture du consulat belge à Lubumbashi est un "signe symbolique" des relations retrouvées entre les deux pays. Sa fermeture durant deux ans était "une situation délicate", estime-t-elle, jugeant que le consulat est une importante "porte d'accès vers la Belgique" pour la population congolaise.