"Il y a une semaine, les Maï Maï ont attaqué les FDLR qui, en représailles, sont venus s'en prendre à tous ceux qu'ils rencontraient en prétendant qu'ils collaboraient avec les Maï Maï", a déclaré à l'AFP Omar Kavota, vice-président de la Société civile de la province du Nord-Kivu (est), qui regroupe des ONG, syndicats, associations travaillant notamment dans le domaine des droits de l'Homme.

"Et les Maï Maï qui recherchaient les FDLR s'en sont pris à toutes les personnes qui étaient sur leur passage, prétextant qu'ils étaient des FDLR. On parle de plus d'une centaine de personnes tuées, pour la plupart à l'arme blanche", a-t-il ajouté.

Selon un rapport d'experts de l'ONU publié fin 2011, le nombre de combattants des FDLR encore actifs dans les Nord et Sud Kivu voisins est estimé entre 3.000, selon la Mission de l'ONU (Monusco), et 4.400, d'après les services de renseignements rwandais.

Avec Belga

"Il y a une semaine, les Maï Maï ont attaqué les FDLR qui, en représailles, sont venus s'en prendre à tous ceux qu'ils rencontraient en prétendant qu'ils collaboraient avec les Maï Maï", a déclaré à l'AFP Omar Kavota, vice-président de la Société civile de la province du Nord-Kivu (est), qui regroupe des ONG, syndicats, associations travaillant notamment dans le domaine des droits de l'Homme. "Et les Maï Maï qui recherchaient les FDLR s'en sont pris à toutes les personnes qui étaient sur leur passage, prétextant qu'ils étaient des FDLR. On parle de plus d'une centaine de personnes tuées, pour la plupart à l'arme blanche", a-t-il ajouté. Selon un rapport d'experts de l'ONU publié fin 2011, le nombre de combattants des FDLR encore actifs dans les Nord et Sud Kivu voisins est estimé entre 3.000, selon la Mission de l'ONU (Monusco), et 4.400, d'après les services de renseignements rwandais. Avec Belga