Le président français Emmanuel Macron a des lettres. Et il sait faire référence aux grands moments de l'histoire de France et de ses héros. Ce mercredi, en visite dans la vieille ville de Jérusalem-Est, il s'en est pris avec colère aux policiers israéliens qui pénétraient avant lui dans la Basilique Saint-Anne. "I don't like what you did in front of me" (Je n'aime pas ce que vous avez fait devant moi"), a -t-il crié dans un anglais savoureux. "Allez à l'extérieur je vous prie, personne n'a à provoquer personne, c'est compris?. Nous restons calme, nous avons fait une magnifique marche, vous faites du bon boulot dans la ville et je l'apprécie, mais s'il vous plaît, respectez les règles établies depuis des siècles, elles ne changeront pas avec moi, je peux vous le dire", a-t-il ajouté.

C'est dans ce quartier de Jérusalem-Est que l'ancien président français Jacques Chirac s'était emporté en 1996 contre des soldats israéliens qui l'encadraient de trop près en lançant son désormais célèbre "Do you want me to go back to my plane? " (Voulez-vous que je remonte à bord de mon avion? ), avant d'exiger que les militaires sortent du domaine de Sainte-Anne. Est-ce un geste conscient du président Macron, un acte de com' calculé (y compris dans son accent), une forme d'hommage à un héros national, ou du pur hasard inconscient? Une certitude: le buzz est assuré.

Le président français Emmanuel Macron a des lettres. Et il sait faire référence aux grands moments de l'histoire de France et de ses héros. Ce mercredi, en visite dans la vieille ville de Jérusalem-Est, il s'en est pris avec colère aux policiers israéliens qui pénétraient avant lui dans la Basilique Saint-Anne. "I don't like what you did in front of me" (Je n'aime pas ce que vous avez fait devant moi"), a -t-il crié dans un anglais savoureux. "Allez à l'extérieur je vous prie, personne n'a à provoquer personne, c'est compris?. Nous restons calme, nous avons fait une magnifique marche, vous faites du bon boulot dans la ville et je l'apprécie, mais s'il vous plaît, respectez les règles établies depuis des siècles, elles ne changeront pas avec moi, je peux vous le dire", a-t-il ajouté. C'est dans ce quartier de Jérusalem-Est que l'ancien président français Jacques Chirac s'était emporté en 1996 contre des soldats israéliens qui l'encadraient de trop près en lançant son désormais célèbre "Do you want me to go back to my plane? " (Voulez-vous que je remonte à bord de mon avion? ), avant d'exiger que les militaires sortent du domaine de Sainte-Anne. Est-ce un geste conscient du président Macron, un acte de com' calculé (y compris dans son accent), une forme d'hommage à un héros national, ou du pur hasard inconscient? Une certitude: le buzz est assuré.