Toute ressemblance avec des situations réelles n'est ni fortuite ni involontaire. Il était une fois la Veïchnoria. Cette " république séparatiste ", soutenue par la Vesbaria et la Loubinia, serait sur le point d'infiltrer des " groupes extrémistes " dans l'enclave russe de Kaliningrad et en Biélorussie " afin d'organiser des actes terroristes ". Pour les en déloger, Moscou et Minsk déploient actuellement des milliers de soldats lourdement armés aux portes de l'Europe... Tel est le scénario imaginé par l'état-major russe dans le cadre de l'exercice Zapad 2017 (" Ouest ", en russe), qui a commencé le 14 septembre pour se dérouler jusqu'au mercredi 20. Sauf que ces Etats fictifs ressemblent à s'y méprendre aux pays baltes et à la Pologne... Ces nations peuvent avoir des raisons de s'inquiéter que des forces armées se massent à leurs frontières à des fins d'exercices - c'est ainsi que la Russie est entrée en Géorgie en 2008 et a annexé la Crimée en 2014 -, même si les internautes biélorusses ont tourné en dérision ces jeux de guerre, en dotant la Veïchnoria d'un drapeau, d'un hymne et d'une histoire factice, écrite sur une fausse page Wikipédia. Sur de pseudo-comptes Twitter, ils clament fièrement leur soutien à cette république qu'ils rêvent démocratique et sans chômage - alors que la Biélorussie est dirigée d'une main de fer par Alexandre Loukachenko et satellisée par la Russie.
...