L'arrivée des migrants débarquant sur les plages de Sicile ou de Calabre n'est plus seulement une préoccupation humanitaire, médiatique ou éthique : elle est devenue également l'occasion de faire des gains sous l'étiquette lucrative du volontourisme. En alliant tourisme et aide au développement, le volontourisme est une forme de voyage qui a le vent en poupe. "Il s'est développé dans le sillage d'une certaine lassitude engendrée par le tourisme normal ", explique Pierre de Hanscutter, fondateur de l'association Service Volontaire International, "et il...

L'arrivée des migrants débarquant sur les plages de Sicile ou de Calabre n'est plus seulement une préoccupation humanitaire, médiatique ou éthique : elle est devenue également l'occasion de faire des gains sous l'étiquette lucrative du volontourisme. En alliant tourisme et aide au développement, le volontourisme est une forme de voyage qui a le vent en poupe. "Il s'est développé dans le sillage d'une certaine lassitude engendrée par le tourisme normal ", explique Pierre de Hanscutter, fondateur de l'association Service Volontaire International, "et il surfe sur la vague des catastrophes, cherchant celles qui suscitent un élan de solidarité ou une émotion internationale comme le tremblement de terre au Népal pour envoyer leurs clients au chevet des victimes". Depuis quelques semaines, une destination nouvelle est arrivée sur le marché du volontourisme : la Calabre. L'organisateur de ce voyage sur les plages de Calabre où débarquent des migrants exténués est le plus contesté des opérateurs de ce nouveau genre : Projects Abroad. Un coup de fil à cet opérateur pour savoir ce qu'il faut comme qualification pour partir suffit pour comprendre que tout le monde est le bienvenu, pourvu qu'il paye. L'envoi d'un CV, un contact avec le partenaire local qui donnera son accord en quelques jours, quelque 2015 euros à payer pour un séjour de deux semaines, billet d'avion non compris- ! ....et les 'vacances constructives et solidaires' du jeune sont organisées. Pour ce prix 'seulement', le jeune sera hébergé en famille d'accueil ou en logement partagé et accompagnera les migrants "dans leurs démarches 'administratives' et dans l'évaluation de leur état de santé", selon les explications au téléphone d'une ligne sans cesse coupée, car le standardiste avoue être une Afrique du Sud et travailler pour le compte d'une société anglaise. A la question de savoir si l'accompagnement des démarches administratives ne requiert pas quelques connaissances des étapes de la procédure de demande d'asile, l'opérateur assure qu'il n'y a pas de problème. Plus étonnant encore : il n'est pas nécessaire de connaître l'italien ! "Un jeune de 18 ans peut donc en toute bonne conscience, demander d'où vient le migrant, ce qu'il a vécu, ce qu'il a traversé, pourquoi il vient, etc. ", s'indigne le fondateur de SVI, "la détresse de l'autre devient l'occasion d'une rencontre indécente, monétisée par un opérateur qui s'en met plein les poches". En effet, si l'on fait une rapide évaluation des frais, on ne peut que s'apercevoir que le prix demandé est totalement surestimé : 2000 euros payés pour un séjour à la dure, dans un logement partagé ou en famille d'accueil est injustifiable. "Le pire est que le prix élevé payé par le client est pour lui la garantie que le voyage sera sérieux ".