La semaine dernière, trois Premiers ministres se sont réunis dans un hôtel cinq étoiles londonien à l'occasion d'une vente un peu particulière. L'objectif de l'événement était de proposer aux plus offrants une nationalité étrangère. Le tout organisé par Henley and Partners, une entreprise qui se décrit comme "le leader global en planning de résidence et de citoyenneté".
...

La semaine dernière, trois Premiers ministres se sont réunis dans un hôtel cinq étoiles londonien à l'occasion d'une vente un peu particulière. L'objectif de l'événement était de proposer aux plus offrants une nationalité étrangère. Le tout organisé par Henley and Partners, une entreprise qui se décrit comme "le leader global en planning de résidence et de citoyenneté".Les Premiers ministres de l'île caribéenne Sainte-Lucie, d'Albanie et du Monténégro, et plusieurs hauts placés maltais et chypriotes, ont ainsi proposé la citoyenneté de leur pays aux 300 membres de l'élite invités.Allen Chastanet (PM de Sainte-Lucie) a même promis d'accélérer la procédure : les intéressés pourront donc obtenir la citoyenneté dans un délai de trois mois. Petite condition : il faut "contribuer au fonds économique national". Mais attention, le rêve caribéen n'est pas à la portée de toutes les bourses. Le don doit effectivement être de 100.000 dollars, soit un peu plus de 90.000 euros.Les heureux bénéficiaires de cette citoyenneté pourront également jouir "d'un passeport doré" leur permettant de voyager sans visa dans 145 pays, dont notamment le Royaume-Uni, l'espace Schengen, Hong Kong et Singapour.Bien que le procédé soit légal, la Commission européenne s'inquiète de voir ce type de ventes se multiplier. " L'octroi de la citoyenneté pose un risque grave pour la sécurité car il confère aux bénéficiaires tous les droits des citoyens de l'Union et leur permet de circuler librement dans l'ensemble de l'union. Or, l'UE ne doit pas devenir un refuge pour les criminels, la corruption et l'argent sale ", a notamment déclaré au Guardian la nouvelle vice-présidente de la Commission européenne, V?ra Jourová.Parmi les acheteurs, certains sont en effet connus pour leurs délits, souvent financiers. La Chypre a par exemple vendu pour 2 millions d'euros la citoyenneté à Jho Low, un homme d'affaires malaisien au coeur du scandale des fonds souverains de la 1MDB (voir encadré). Malte a également vendu la citoyenneté à cinq personnes accusées d'infractions pénales à l'étranger.À une époque où de nombreux réfugiés et migrants cherchent à obtenir la citoyenneté d'un pays étranger, la Commission européenne considère cette vente de passeport comme injuste. "Avoir beaucoup d'argent seul ne devrait pas vous donner un laissez-passer gratuit pour bénéficier de la citoyenneté européenne...", estime V?ra Jourová.Encore faut-il se mettre d'accord quant à la bonne gérance de la distribution des passeports et de la citoyenneté, au niveau international. "Peut-être que nous devons tous renégocier le système dans son ensemble ", conclut-elle.