"Ces exercices de guerre nucléaire à grande échelle, ces chantages... soulignent que l'option que nous avons choisi" de développer un programme balistique et nucléaire "est la bonne", souligne l'ambassadeur nord-coréen Ja Song Nam, dans sa lettre au secrétaire général de l'ONU. "C'est la pire situation dans et autour de la péninsule coréenne", a-t-il ajouté, en estimant que l'incertitude sur une possible guerre nucléaire n'en est que plus grande.

Les manoeuvres américano-sud-coréennes dans le Pacifique occidental, qui sont en train de s'achever, mobilisent les porte-avions USS Ronald Reagan, USS Nimitz et USS Theodore Roosevelt, ainsi que sept navires sud-coréens, dont trois destroyers, selon Séoul. C'est la première fois depuis dix ans que des manoeuvres de ce type mobilisent trois porte-avions. Elles surviennent alors que le président américain Donald Trump, qui a menacé de détruire la Corée du Nord si les Etats-Unis étaient attaqués, achève une tournée en Asie.

Le régime de Pyongyang dénonce régulièrement ces manoeuvres, destinées selon lui à préparer une invasion de son territoire, et réplique parfois avec ses propres manoeuvres militaires ou des tirs de missiles.

Cette année, la Corée du Nord a mené un sixième essai nucléaire et tiré plusieurs missiles balistiques.

"Ces exercices de guerre nucléaire à grande échelle, ces chantages... soulignent que l'option que nous avons choisi" de développer un programme balistique et nucléaire "est la bonne", souligne l'ambassadeur nord-coréen Ja Song Nam, dans sa lettre au secrétaire général de l'ONU. "C'est la pire situation dans et autour de la péninsule coréenne", a-t-il ajouté, en estimant que l'incertitude sur une possible guerre nucléaire n'en est que plus grande. Les manoeuvres américano-sud-coréennes dans le Pacifique occidental, qui sont en train de s'achever, mobilisent les porte-avions USS Ronald Reagan, USS Nimitz et USS Theodore Roosevelt, ainsi que sept navires sud-coréens, dont trois destroyers, selon Séoul. C'est la première fois depuis dix ans que des manoeuvres de ce type mobilisent trois porte-avions. Elles surviennent alors que le président américain Donald Trump, qui a menacé de détruire la Corée du Nord si les Etats-Unis étaient attaqués, achève une tournée en Asie. Le régime de Pyongyang dénonce régulièrement ces manoeuvres, destinées selon lui à préparer une invasion de son territoire, et réplique parfois avec ses propres manoeuvres militaires ou des tirs de missiles. Cette année, la Corée du Nord a mené un sixième essai nucléaire et tiré plusieurs missiles balistiques.