Les sept candidats à l'élection présidentielle sont :

  • -François Fillon pour Les Républicains (2.111 parrainages),
  • Benoît Hamon du Parti socialiste (1.317),
  • Emmanuel Macron du mouvement 'En Marche! ' (1.266),
  • Nicolas Dupont-Aignan de 'Debout la France' (623),
  • Nathalie Arthaud de Lutte Ouvrière (593),
  • Marine Le Pen du Front national (577) et
  • François Asselineau du mouvement souverainiste Union populaire républicaine (524).

Jean-Luc Mélenchon (432) et Jacques Cheminade (397) se rapprochent également du seuil des 500 signatures.

Le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste Philippe Poutou (245 signatures), déjà présent au scrutin de 2012, l'ancienne secrétaire d'Etat Rama Yade (151) et l'ex-ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie (38) pourraient eux ne pas obtenir les parrainages nécessaires pour participer au premier tour, le dimanche 23 avril. L'ancien candidat des Républicains à l'élection présidentielle Alain Juppé, par ailleurs cité comme successeur de François Fillon depuis le début de ses ennuis judiciaires, compte aussi 288 signatures d'élus mais a définitivement écarté toute candidature de dernière minute.

D'après plusieurs médias français, l'entourage de François Hollande aurait également "gelé" 500 parrainages au cas où le président de la République reviendrait sur sa décision et se lancerait dans la course à un deuxième mandat. Certains de ses proches considèrent qu'il est le seul à pouvoir réconcilier la gauche et battre Marine Le Pen.

Les sept candidats à l'élection présidentielle sont : Jean-Luc Mélenchon (432) et Jacques Cheminade (397) se rapprochent également du seuil des 500 signatures. Le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste Philippe Poutou (245 signatures), déjà présent au scrutin de 2012, l'ancienne secrétaire d'Etat Rama Yade (151) et l'ex-ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie (38) pourraient eux ne pas obtenir les parrainages nécessaires pour participer au premier tour, le dimanche 23 avril. L'ancien candidat des Républicains à l'élection présidentielle Alain Juppé, par ailleurs cité comme successeur de François Fillon depuis le début de ses ennuis judiciaires, compte aussi 288 signatures d'élus mais a définitivement écarté toute candidature de dernière minute. D'après plusieurs médias français, l'entourage de François Hollande aurait également "gelé" 500 parrainages au cas où le président de la République reviendrait sur sa décision et se lancerait dans la course à un deuxième mandat. Certains de ses proches considèrent qu'il est le seul à pouvoir réconcilier la gauche et battre Marine Le Pen.