A l'issue de trois jours d'audition au quinzième étage du tribunal de grande instance de Paris, en bordure du périphérique dans le XVIIe arrondissement, la juge Aude Buresi a signifié à Patokh Chodiev sa mise en examen dans le dossier du Kazakhgate. C'était le 29 mai dernier. Il était à peu près 16 heures. Le temps était maussade dans la capitale française. Mais le ciel s'est soudain complètement noirci au-dessus de la tête du milliardaire belgo-kazakh qui a eu la désagréable sensation de revivre l'un des pires épisodes de son existence, tout juste dix-huit ans plus tôt, le 31 mai 2001.
...