Poussières, poussières, il n'était question que de "poussières" ces dernières semaines à Séoul. Ainsi appelle-t-on, en Corée du Sud, les nuages de particules fines qui, depuis début mars, affectent le pays. Face à cette vague de pollution d'une gravité sans précédent, qualifiée ici de "désastre social", le parlement coréen a adopté des mesures d'urgence : installation de purificateurs d'air dans les écoles et les centres d'accueil de jour, accès à un fond d'urgence, encouragement à l'acquisition de voitures fonctionnant au gaz naturel... Pas sûr que cela suffise à faire...

Poussières, poussières, il n'était question que de "poussières" ces dernières semaines à Séoul. Ainsi appelle-t-on, en Corée du Sud, les nuages de particules fines qui, depuis début mars, affectent le pays. Face à cette vague de pollution d'une gravité sans précédent, qualifiée ici de "désastre social", le parlement coréen a adopté des mesures d'urgence : installation de purificateurs d'air dans les écoles et les centres d'accueil de jour, accès à un fond d'urgence, encouragement à l'acquisition de voitures fonctionnant au gaz naturel... Pas sûr que cela suffise à faire retomber le mécontentement de la population, qui juge insuffisante l'action du gouvernement. Des médias et de nombreux Coréens incriminent le voisin chinois et ses industries polluantes. Toutefois, certains reconnaissent que leur pays devrait, lui aussi, changer ses habitudes afin de réduire ses propres sources d'émissions. Ils appellent les pouvoirs publics à fermer les centrales au charbon et à s'attaquer au parc diesel et aux véhicules hors d'âge.C'est dans ce contexte "brumeux" qu'a débuté la visite d'Etat de Philippe et Mathilde au sud du 38e parallèle. Le couple royal, qui restera quatre jours à Séoul, y mène une délégation de plus de 200 personnes : ministres, CEO, représentants d'institutions académiques... Quelques désistements tout de même : le chef de la diplomatie belge Didier Reynders (MR), retenu en Belgique à cause des travaux parlementaires, est remplacé par le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité Pieter De Crem (CD&V) ; le ministre président wallon Willy Borsus (MR) a également annulé sa participation, en raison de la perte de majorité au parlement wallon ; le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA), lui, s'est fait remplacer par son ministre de l'Economie Philippe Muyters (N-VA)...La première visite d'Etat de la Belgique en Corée du Sud remonte au séjour de Baudouin et Fabiola en 1992. Deux ans après la mission économique belge menée par la princesse Astrid, la visite entamée ce 25 mars vise à renforcer la coopération politique, économique, académique et culturelle entre les deux pays. Au programme : entretien avec le président Moon Jae-in, cérémonies commémoratives au cimetière national et au monument de la guerre de Corée, promotion des investissements et du commerce sur les thèmes des sciences de la vie et de la santé, des smart cities, de la 4e révolution industrielle... La Belgique exporte surtout vers la Corée des produits chimiques, des plastiques, des machines et équipements de transport et des produits alimentaires, tandis que les importations en provenance de Corée se composent de matériel de transport, de métaux de base... Philippe assistera à une démonstration de taekwondo, tandis que Mathilde visitera la "ville intelligente" de Songdo et discutera changement climatique avec les jeunes ambassadeurs coréens de l'Unicef.