Les juges s'interrogent sur le contrat de travail liant Penelope Fillon, l'épouse du candidat des Républicains à l'élection présidentielle François Fillon, à la "Revue des deux mondes" de mai 2012 à décembre 2013. Ils cherchent à déterminer si Penelope Fillon, rémunérée 5.000 euros bruts par mois, aurait bénéficié d'un "emploi de complaisance".

Marc Ladreit de Lacharrière a tenté de convaincre les juges que le travail de Penelope Fillon avait été réel et fondé, mais ses explications, à peu de chose près les mêmes que celles qu'il avait tenu devant les policiers dans le cadre de l'enquête préliminaire, n'ont pas fait changer d'avis les trois juges d'instruction, selon le JDD.

Il a donc été inculpé mais sans que cette mise en examen ne soit assortie d'un contrôle judiciaire, précise le JDD.

Marc Ladreit de Lacharrière est la troisième personne mise en cause dans ce volet du dossier. François Fillon a déjà été mis en examen pour complicité d'abus de bien sociaux et son épouse pour recel.

Les juges s'interrogent sur le contrat de travail liant Penelope Fillon, l'épouse du candidat des Républicains à l'élection présidentielle François Fillon, à la "Revue des deux mondes" de mai 2012 à décembre 2013. Ils cherchent à déterminer si Penelope Fillon, rémunérée 5.000 euros bruts par mois, aurait bénéficié d'un "emploi de complaisance".Marc Ladreit de Lacharrière a tenté de convaincre les juges que le travail de Penelope Fillon avait été réel et fondé, mais ses explications, à peu de chose près les mêmes que celles qu'il avait tenu devant les policiers dans le cadre de l'enquête préliminaire, n'ont pas fait changer d'avis les trois juges d'instruction, selon le JDD. Il a donc été inculpé mais sans que cette mise en examen ne soit assortie d'un contrôle judiciaire, précise le JDD. Marc Ladreit de Lacharrière est la troisième personne mise en cause dans ce volet du dossier. François Fillon a déjà été mis en examen pour complicité d'abus de bien sociaux et son épouse pour recel.