Dans une déclaration diffusée tard dimanche soir, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Lu Kang, a rapporté que deux bâtiments américains, le destroyer Higgins et le croiseur Antietam, s'étaient approchés de l'archipel des Paracels (Xisha en chinois), revendiqué par la Chine.

La marine chinoise leur a ordonné de partir et les a expulsés, selon l'agence Chine nouvelle. La marine américaine conduit régulièrement des opérations baptisées "Liberté de navigation" en mer de Chine méridionale, où Pékin a construit des installations militaires sur des îlots artificiels à l'appui de ses revendications territoriales.

Cette zone stratégique voit passer près du tiers du commerce mondial. Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale en dépit d'un arbitrage international de 2016 qui lui a donné tort. Différentes parties de la zone sont revendiquées aussi par les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Brunei et Taïwan.

"La Chine appelle fermement les Etats-Unis à cesser immédiatement ce type de provocations qui violent la souveraineté de la Chine et menacent sa sécurité", a déclaré M. Lu.

L'incident survient alors que l'armée chinoise a organisé le 18 mai des mouvements de bombardiers depuis l'une des îles des Paracels, s'attirant des protestations des Etats-Unis, des Philippines et du Vietnam.

Pékin a déjà déployé début mai des missiles dans l'archipel des Spratleys, situé au sud des Paracels, a rapporté la chaîne américaine CNBC, citant des sources proches des services de renseignement.

Dans une déclaration diffusée tard dimanche soir, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Lu Kang, a rapporté que deux bâtiments américains, le destroyer Higgins et le croiseur Antietam, s'étaient approchés de l'archipel des Paracels (Xisha en chinois), revendiqué par la Chine. La marine chinoise leur a ordonné de partir et les a expulsés, selon l'agence Chine nouvelle. La marine américaine conduit régulièrement des opérations baptisées "Liberté de navigation" en mer de Chine méridionale, où Pékin a construit des installations militaires sur des îlots artificiels à l'appui de ses revendications territoriales. Cette zone stratégique voit passer près du tiers du commerce mondial. Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale en dépit d'un arbitrage international de 2016 qui lui a donné tort. Différentes parties de la zone sont revendiquées aussi par les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Brunei et Taïwan. "La Chine appelle fermement les Etats-Unis à cesser immédiatement ce type de provocations qui violent la souveraineté de la Chine et menacent sa sécurité", a déclaré M. Lu. L'incident survient alors que l'armée chinoise a organisé le 18 mai des mouvements de bombardiers depuis l'une des îles des Paracels, s'attirant des protestations des Etats-Unis, des Philippines et du Vietnam. Pékin a déjà déployé début mai des missiles dans l'archipel des Spratleys, situé au sud des Paracels, a rapporté la chaîne américaine CNBC, citant des sources proches des services de renseignement.