L'explosion visait les policiers qui étaient déployés sur le terrain pour chasser les vendeurs de rue du secteur, a déclaré un haut fonctionnaire de police. D'après les premiers éléments de l'enquête, le kamikaze est arrivé à moto et a précipité son engin contre un barrage de police.

La police a bouclé le secteur tandis que l'armée arrivait sur les lieux et que les blessés étaient évacués vers les hôpitaux.

Les attentats-suicides sont monnaie courante au Pakistan, notamment dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan. Mais, ces dernières années, les attentats s'étaient faits plus rares à Lahore.

Selon le ministre de l'Intérieur, Chaudhry Nisar Ali Khan, la majorité des morts et des blessés lundi étaient des policiers.

Début avril, un attentat-suicide visant un véhicule de l'armée qui participait à des opérations de recensement avait fait six morts et 18 blessés à Lahore.

Après une série d'attentats en février, dont deux à Lahore qui ont fait plus de 20 morts, l'armée pakistanaise a lancé un vaste mouvement de répression contre les islamistes.

L'explosion visait les policiers qui étaient déployés sur le terrain pour chasser les vendeurs de rue du secteur, a déclaré un haut fonctionnaire de police. D'après les premiers éléments de l'enquête, le kamikaze est arrivé à moto et a précipité son engin contre un barrage de police. La police a bouclé le secteur tandis que l'armée arrivait sur les lieux et que les blessés étaient évacués vers les hôpitaux. Les attentats-suicides sont monnaie courante au Pakistan, notamment dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan. Mais, ces dernières années, les attentats s'étaient faits plus rares à Lahore. Selon le ministre de l'Intérieur, Chaudhry Nisar Ali Khan, la majorité des morts et des blessés lundi étaient des policiers. Début avril, un attentat-suicide visant un véhicule de l'armée qui participait à des opérations de recensement avait fait six morts et 18 blessés à Lahore. Après une série d'attentats en février, dont deux à Lahore qui ont fait plus de 20 morts, l'armée pakistanaise a lancé un vaste mouvement de répression contre les islamistes.