Le site Mediapart avance que les enquêteurs en charge des investigations sur la tuerie du Bataclan ont trouvé dans une poubelle à proximité de la salle de concert un portable appartenant probablement à l'un des responsables des attentats. Dans le téléphone, ils ont trouvé un plan détaillé de la salle de spectacle parisienne et un message envoyé juste avant l'attaque meurtrière, disant en substance : "On y va."

"On est parti on commence", tel serait le contenu exacte et sans équivoque du SMS envoyé à 21h42 par un des kamikazes du Bataclan avance, de son côté, Le Monde

Les enquêteurs n'ont pas établi l'identité du destinataire du SMS ni auquel des trois terroristes du Bataclan - Ismaël Omar Mostefaï, 29 ans, Samy Amimour, 28 ans, ou le kamikaze non identifié - appartenait le téléphone.

Ce message pourrait soulever l'hypothèse d'une coordination extérieure.

Il a permis aux enquêteurs de remonter jusqu'à l'un des points de chute des commandos à Alfortville. "La recherche sur la géolocalisation dudit téléphone indique que son propriétaire y était passé avant les attaques", précise Le Monde.

89 personnes sont mortes vendredi dernier au Bataclan.

Le site Mediapart avance que les enquêteurs en charge des investigations sur la tuerie du Bataclan ont trouvé dans une poubelle à proximité de la salle de concert un portable appartenant probablement à l'un des responsables des attentats. Dans le téléphone, ils ont trouvé un plan détaillé de la salle de spectacle parisienne et un message envoyé juste avant l'attaque meurtrière, disant en substance : "On y va.""On est parti on commence", tel serait le contenu exacte et sans équivoque du SMS envoyé à 21h42 par un des kamikazes du Bataclan avance, de son côté, Le MondeLes enquêteurs n'ont pas établi l'identité du destinataire du SMS ni auquel des trois terroristes du Bataclan - Ismaël Omar Mostefaï, 29 ans, Samy Amimour, 28 ans, ou le kamikaze non identifié - appartenait le téléphone. Ce message pourrait soulever l'hypothèse d'une coordination extérieure.Il a permis aux enquêteurs de remonter jusqu'à l'un des points de chute des commandos à Alfortville. "La recherche sur la géolocalisation dudit téléphone indique que son propriétaire y était passé avant les attaques", précise Le Monde.89 personnes sont mortes vendredi dernier au Bataclan.