Les trois Etats européens (France, Allemagne, Grande-Bretagne) parties à l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 ont annoncé mardi avoir déclenché le MRD pour tenter de contraindre Téhéran à revenir à l'application totale de ce texte contraignant pour son programme nucléaire.

Le pacte passé entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) menace de voler en éclats depuis que le président américain Donald Trump s'en est retiré unilatéralement en 2018, avant de rétablir de lourdes sanctions économiques contre l'Iran.

Berlin, Paris et Londres maintiennent qu'ils restent engagés dans l'accord, mais Téhéran les accuse d'inaction.

"Ce que ces trois pays européens ont fait sur le dossier du nucléaire iranien (...) est regrettable", a affirmé dimanche le président du Parlement, Ali Larijani, cité par l'agence officielle Irna.

"Nous annonçons clairement que si l'Europe, pour quelque raison que ce soit, utilise l'article 37 de l'accord sur le nucléaire de manière injuste (dans la foulée du MRD, NDLR), alors l'Iran prendra une grave décision sur la coopération avec l'Agence", a-t-il ajouté, en référence à l'AIEA.

L'article 37 prévoit que si aucune solution n'est trouvée au contentieux, le Conseil de sécurité de l'ONU pourrait rétablir toutes les sanctions qui avaient été levées dans le cadre de l'accord.

Depuis mai 2019, Téhéran s'est affranchi d'engagements pris dans le cadre de l'accord de Vienne limitant drastiquement ses activités nucléaires, en riposte aux sanctions américaines et à l'incapacité des pays européens à les contourner.

En janvier, Téhéran s'est notamment affranchi de toute limite sur le nombre des centrifugeuses qu'elle s'autorise à faire tourner pour enrichir l'uranium.

L'Iran a toutefois dit que ces engagements mis à mal pouvaient être appliqués de nouveau en cas d'évolution positive.

Ces développements interviennent dans le sillage d'une flambée des tensions entre l'Iran et des pays occidentaux après l'assassinat le 3 janvier à Bagdad dans un tir de drone américain du général iranien Qassem Soleimani, et l'aveu de Téhéran quelques jours plus tard de sa responsabilité dans le crash d'un avion civil, atteint par erreur par un missile.

"Le problème, ce n'est pas le comportement de l'Iran", a encore affirmé dimanche M. Larijani. "Ce sont les menaces des Etats-Unis qui ont poussé un puissant pays européen vers une position humiliante et injuste".

L'Allemagne a indiqué la semaine dernière que les Etats-Unis avaient menacé d'imposer des droits de douane de 25% sur les automobiles européennes pour pousser les Européens à déclencher le MRD.

Les trois Etats européens (France, Allemagne, Grande-Bretagne) parties à l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 ont annoncé mardi avoir déclenché le MRD pour tenter de contraindre Téhéran à revenir à l'application totale de ce texte contraignant pour son programme nucléaire. Le pacte passé entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) menace de voler en éclats depuis que le président américain Donald Trump s'en est retiré unilatéralement en 2018, avant de rétablir de lourdes sanctions économiques contre l'Iran. Berlin, Paris et Londres maintiennent qu'ils restent engagés dans l'accord, mais Téhéran les accuse d'inaction. "Ce que ces trois pays européens ont fait sur le dossier du nucléaire iranien (...) est regrettable", a affirmé dimanche le président du Parlement, Ali Larijani, cité par l'agence officielle Irna. "Nous annonçons clairement que si l'Europe, pour quelque raison que ce soit, utilise l'article 37 de l'accord sur le nucléaire de manière injuste (dans la foulée du MRD, NDLR), alors l'Iran prendra une grave décision sur la coopération avec l'Agence", a-t-il ajouté, en référence à l'AIEA. L'article 37 prévoit que si aucune solution n'est trouvée au contentieux, le Conseil de sécurité de l'ONU pourrait rétablir toutes les sanctions qui avaient été levées dans le cadre de l'accord. Depuis mai 2019, Téhéran s'est affranchi d'engagements pris dans le cadre de l'accord de Vienne limitant drastiquement ses activités nucléaires, en riposte aux sanctions américaines et à l'incapacité des pays européens à les contourner. En janvier, Téhéran s'est notamment affranchi de toute limite sur le nombre des centrifugeuses qu'elle s'autorise à faire tourner pour enrichir l'uranium. L'Iran a toutefois dit que ces engagements mis à mal pouvaient être appliqués de nouveau en cas d'évolution positive. Ces développements interviennent dans le sillage d'une flambée des tensions entre l'Iran et des pays occidentaux après l'assassinat le 3 janvier à Bagdad dans un tir de drone américain du général iranien Qassem Soleimani, et l'aveu de Téhéran quelques jours plus tard de sa responsabilité dans le crash d'un avion civil, atteint par erreur par un missile. "Le problème, ce n'est pas le comportement de l'Iran", a encore affirmé dimanche M. Larijani. "Ce sont les menaces des Etats-Unis qui ont poussé un puissant pays européen vers une position humiliante et injuste". L'Allemagne a indiqué la semaine dernière que les Etats-Unis avaient menacé d'imposer des droits de douane de 25% sur les automobiles européennes pour pousser les Européens à déclencher le MRD.