La panne de courant a commencé à Caracas à 20H41 GMT, a constaté l'AFP, et a affecté entre autres la distribution d'eau, les services de transports publics et les liaisons téléphoniques. En province, elle touchait au moins la moitié des 23 Etats vénézuéliens, selon des utilisateurs de Twitter.

"Les premiers éléments de l'enquête menée dans la région du Caroni (dans le sud du Venezuela) suggèrent qu'il s'agit d'une attaque électromagnétique visant à nuire au système de production hydroélectrique", a expliqué le ministre de la Communication Jorge Rodríguez à la télévision, promettant que le système électrique national serait remis en service "dans les plus brefs délais". "Ils essayent de cacher l'ampleur de la tragédie en rationnant tout le pays, mais l'échec saute aux yeux: ils ont détruit le système électrique et n'ont pas de solutions," a réagi sur Twitter le chef de l'opposition Juan Guaido, président du Parlement, qui s'est proclamé en janvier président par intérim du Venezuela et est reconnu comme tel par une cinquantaine de pays avec à leur tête les Etats-Unis.

L'opposition vénézuélienne met généralement les pannes de courant sur le compte de l'"incurie" et de la "corruption" au sein du gouvernement de Nicolas Maduro. La société nationale de production d'électricité Corpoelec a quant à elle simplement indiqué qu'une panne touchait plusieurs secteurs de la capitale. Cette panne survient dans un contexte diplomatique tendu avec les Etats-Unis, que Caracas a accusé lundi d'avoir violé son espace aérien avec un "avion espion".