"Tous les New-Yorkais, même si aucune décision n'a été prise par la ville ou par l'Etat, doivent se préparer maintenant à la possibilité d'un ordre de confinement", a déclaré le maire Bill de Blasio.

"C'est une discussion que nous commençons aujourd'hui, et que nous avons en parallèle avec l'Etat" de New York, a-t-il indiqué. "Je pense qu'il nous faut arriver à une décision d'ici 48 heures".

Il n'a pas précisé ce que cela signifierait précisément pour la capitale financière et culturelle américaine et ses 8,5 millions d'habitants.

Depuis mardi, les bars et les restaurants y sont déjà fermés - sauf pour la vente à emporter - les écoles publiques aussi, ainsi que tous les lieux culturels et touristiques. Le télétravail a été recommandé à tous ceux qui le peuvent.

M. De Blasio a notamment indiqué ne pas pouvoir préciser à ce stade si cela impliquerait que les gens ne puissent plus quitter la ville.

Il a utilisé le même terme, "shelter-in-place" ("abri sur place" en français), employé lundi par le maire de San Francisco, en annonçant cette mesure pour la ville californienne.

C'est le gouverneur l'Etat de New York, Andrew Cuomo, qui a finalement décidé dimanche d'obliger la ville à fermer ses écoles publiques, ce que le maire hésitait encore à faire.

Dans un point presse séparé lundi matin, M. Cuomo a indiqué que plusieurs mesures étaient possibles, y compris la fermeture de tous les magasins et services non essentiels.

Mais il a aussi ajouté que si on obligeait "les gens à rester en un endroit", certains allaient "paniquer", et a encouragé la population à sortir dans les nombreux parcs de l'Etat.

"Tous les New-Yorkais, même si aucune décision n'a été prise par la ville ou par l'Etat, doivent se préparer maintenant à la possibilité d'un ordre de confinement", a déclaré le maire Bill de Blasio."C'est une discussion que nous commençons aujourd'hui, et que nous avons en parallèle avec l'Etat" de New York, a-t-il indiqué. "Je pense qu'il nous faut arriver à une décision d'ici 48 heures". Il n'a pas précisé ce que cela signifierait précisément pour la capitale financière et culturelle américaine et ses 8,5 millions d'habitants. Depuis mardi, les bars et les restaurants y sont déjà fermés - sauf pour la vente à emporter - les écoles publiques aussi, ainsi que tous les lieux culturels et touristiques. Le télétravail a été recommandé à tous ceux qui le peuvent.M. De Blasio a notamment indiqué ne pas pouvoir préciser à ce stade si cela impliquerait que les gens ne puissent plus quitter la ville. Il a utilisé le même terme, "shelter-in-place" ("abri sur place" en français), employé lundi par le maire de San Francisco, en annonçant cette mesure pour la ville californienne.C'est le gouverneur l'Etat de New York, Andrew Cuomo, qui a finalement décidé dimanche d'obliger la ville à fermer ses écoles publiques, ce que le maire hésitait encore à faire. Dans un point presse séparé lundi matin, M. Cuomo a indiqué que plusieurs mesures étaient possibles, y compris la fermeture de tous les magasins et services non essentiels. Mais il a aussi ajouté que si on obligeait "les gens à rester en un endroit", certains allaient "paniquer", et a encouragé la population à sortir dans les nombreux parcs de l'Etat.