La plupart des 1.400 personnes évacuées par la Belgique fin août sont passées par la capitale pakistanaise Islamabad. Le soutien du Qatar semble avoir été essentiel.

Après le retrait des troupes américaines de Kaboul fin août, l'aéroport de la capitale afghane a pu rouvrir, grâce aux efforts qataris. En outre, l'État du Golfe est devenu l'escale des Belges et de leurs ayant-droits évacués avant qu'ils ne puissent embarquer vers le Plat pays à bord de vols commerciaux. En Afghanistan, les diplomates du Qatar s'occupent des étrangers qui veulent quitter l'Afghanistan et les accompagnent jusqu'à l'aéroport de Kaboul.

Lundi, la ministre Wilmès avait déclaré lors d'un déjeuner de presse que les listes belges de personnes à évacuer comptaient encore 480 noms. Il s'agit principalement de personnes ayant la nationalité belge ou une double nationalité, ainsi que leurs ayant-droits, mais y figurent aussi des individus qui courent un danger en Afghanistan en raison de leur engagement ou qui ont travaillé pour la Belgique.

Par ailleurs, Sophie Wilmès a évoqué avec son homologue qatari "l'approche de nos relations avec l'Afghanistan". Doha entretient de bonnes relations avec les talibans et joue ainsi un rôle de médiateur entre eux et les pays occidentaux.

La plupart des 1.400 personnes évacuées par la Belgique fin août sont passées par la capitale pakistanaise Islamabad. Le soutien du Qatar semble avoir été essentiel. Après le retrait des troupes américaines de Kaboul fin août, l'aéroport de la capitale afghane a pu rouvrir, grâce aux efforts qataris. En outre, l'État du Golfe est devenu l'escale des Belges et de leurs ayant-droits évacués avant qu'ils ne puissent embarquer vers le Plat pays à bord de vols commerciaux. En Afghanistan, les diplomates du Qatar s'occupent des étrangers qui veulent quitter l'Afghanistan et les accompagnent jusqu'à l'aéroport de Kaboul. Lundi, la ministre Wilmès avait déclaré lors d'un déjeuner de presse que les listes belges de personnes à évacuer comptaient encore 480 noms. Il s'agit principalement de personnes ayant la nationalité belge ou une double nationalité, ainsi que leurs ayant-droits, mais y figurent aussi des individus qui courent un danger en Afghanistan en raison de leur engagement ou qui ont travaillé pour la Belgique. Par ailleurs, Sophie Wilmès a évoqué avec son homologue qatari "l'approche de nos relations avec l'Afghanistan". Doha entretient de bonnes relations avec les talibans et joue ainsi un rôle de médiateur entre eux et les pays occidentaux.