"Des deux côtés, l'accent a été mis sur la réduction des tensions sur le terrain tout en poursuivant la lutte contre les terroristes reconnus comme tels par le Conseil de sécurité des Nations unies", a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

La Turquie affirme avoir détruit une "installation d'armes chimiques"

Dans la nuit de vendredi à samedi, les forces turques ont détruit "une installation d'armes chimiques située à 13 km au sud d'Alep, ainsi qu'un grand nombre d'autres cibles du régime", a déclaré à des journalistes un haut responsable turc sous couvert d'anonymat, sans fournir d'autre détail.

Cependant, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG, a affirmé à l'AFP qu'Ankara avait en fait frappé l'aéroport militaire de Kweires, situé à l'est d'Alep, où, selon lui, aucune arme chimique n'est entreposée.

Le régime de Damas a plusieurs fois été accusé d'avoir utilisé des armes chimiques depuis le début du conflit en Syrie, en 2011. Il dément, affirmant s'être débarrassé de son arsenal chimique, ce dont doutent nombre d'observateurs.

"Des deux côtés, l'accent a été mis sur la réduction des tensions sur le terrain tout en poursuivant la lutte contre les terroristes reconnus comme tels par le Conseil de sécurité des Nations unies", a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.Dans la nuit de vendredi à samedi, les forces turques ont détruit "une installation d'armes chimiques située à 13 km au sud d'Alep, ainsi qu'un grand nombre d'autres cibles du régime", a déclaré à des journalistes un haut responsable turc sous couvert d'anonymat, sans fournir d'autre détail.Cependant, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG, a affirmé à l'AFP qu'Ankara avait en fait frappé l'aéroport militaire de Kweires, situé à l'est d'Alep, où, selon lui, aucune arme chimique n'est entreposée.Le régime de Damas a plusieurs fois été accusé d'avoir utilisé des armes chimiques depuis le début du conflit en Syrie, en 2011. Il dément, affirmant s'être débarrassé de son arsenal chimique, ce dont doutent nombre d'observateurs.